Image default
Economie

200.000 cartes Avantage vendues en près d’un mois


Lancée à la mi-juin pour accompagner la reprise d’activité, cette offre est «un succès», pour la SNCF.

La SNCF parle d’un «succès». Lancée à la mi-juin pour inciter les Français à revenir dans les gares après une année de pandémie de coronavirus, la «Carte Avantage», une nouvelle offre tarifaire, a déjà trouvé 200.000 adeptes, selon les informations de l’Express.

La «Carte Avantage» résulte d’une refonte des tarifs de la SNCF décidée au début du mois de juin. Elle fusionne les différentes cartes Avantage jusqu’alors proposées (famille, senior, jeune et week-end) qui offrent 30% de réduction. La nouvelle carte unique, vendue comme ses aînées 49 euros pour un an, offre aussi 60% de réduction pour trois enfants et garantit un prix plafonné pour toutes les destinations, même au dernier moment s’il reste de la place.

Réduction comprise, le billet ne coûte ainsi en seconde classe pas plus de 39 euros pour les trajets de moins de 1 heure 30 (environ 25% des voyages), pas plus de 59 euros pour les trajets entre 1 heure 30 et 3 heures (50%) et pas plus de 79 euros pour les trajets plus longs (25%). Et 19, 29 et 39 euros respectivement pour les enfants. «Notre objectif est simple, que tous les Français achètent cette carte», avait indiqué Alain Krakovitch, le directeur de Voyages SNCF au moment du lancement de cette offre.

Dans un objectif de simplification et d’attractivité, la compagnie devrait poursuivre la mutation de son offre de réductions en ouvrant début 2022 une formule permettant aux seniors de se déplacer sans limitation en TGV du lundi au vendredi pour 79 euros par mois, à l’image du «TGV Max» pour les 16-27 ans.

Fréquentation en hausse

Après des mois marqués par une activité atone, et 3 milliards d’euros de perte nette essuyée l’an dernier, la SNCF mise en attendant sur la saison estivale pour remplir ses trains. Fin juin, elle anticipait ainsi une fréquentation à hauteur de 93% de son niveau d’avant-crise pour les mois estivaux. À titre de comparaison, pendant l’été 2020, la fréquentation des trains n’avait atteint que 85% de son niveau de 2019.

Désormais, la compagnie se félicite de voir 300 000 à 350 000 billets être réservés quotidiennement. Et ce, malgré la menace du variant Delta, qui va obliger la SNCF à opérer des contrôles du passe sanitaire de ses passagers à partir du début du mois d’août.

Ainsi, il faudra détenir un passe valide avant de monter dans un autocar interrégional ou international, un TGV (Inoui et Ouigo), un Intercités ou un train longue distance international au départ de la France. Les TER et les Transiliens ne sont pas concernés. La SNCF travaille à la mise en œuvre d’un «dispositif de contrôle physique, et aimerait également «intégrer le contrôle du passe sanitaire dès l’achat du billet en ligne» mais cette perspective est «complexe sur le plan technique», a souligné l’entreprise jeudi dernier.



Source link

Autres articles

le point sur les annonces de Jean Castex ce soir

administrateur

Les bailleurs obligés de baisser leur loyer pour toucher la prime énergie?

administrateur

Pécresse veut «construire plus» de logements, notamment pour les classes moyennes

administrateur

toutes les réponses à vos questions

administrateur

Safran résiste à la crise et préserve sa rentabilité

administrateur

Des soldes atypiques qui ne sauveront pas une saison noire

administrateur