Image default
Finance

2021, une année prometteuse pour les introductions en Bourse



Publié le 6 janv. 2021 à 13:47

« En 2021, ce sera difficile de faire mieux qu’en 2020 », confie un banquier d’affaires. Et pour cause, l’année du coronavirus aura été, contre toute attente, aussi celle des introductions en Bourse dans le monde. Les sociétés qui ont préféré ne pas se coter au premier semestre se sont précipitées à l’automne. Au total, plus de 1.500 sociétés dans le monde ont fait leurs premiers pas en Bourse. Elles ont levé 331 milliards de dollars. Du jamais vu depuis 2007.

Aux Etats-Unis, l’année a été particulièrement époustouflante. Pour la première fois de l’histoire, les nouveaux venus ont levé plus de 100 milliards de dollars. Fin décembre, la plateforme de réservation de logements Airbnb et DoorDash, le spécialiste de la livraison de repas, ont fait une entrée fracassante , avec des cours de Bourse qui se sont envolés le premier jour. A Wall Street, les «SPAC», autant critiqués qu’adulés, sont devenus la nouvelle coqueluche des investisseurs. En 2020, près de 240 de ces sociétés d’acquisition à vocation spécifique – autrement dit des coquilles vides – sont entrées en Bourse, contre 60 l’année précédente. Un record. Au total, en 2020, elles ont représenté plus d’un tiers des introductions en Bourse sur le Nasdaq et le NYSE. Surtout, elles ont levé plus de fonds en dix mois (72 milliards de dollars) qu’au cours des dix dernières années. 

Optimistes

Dans ce contexte, que réserve 2021 ? Les banquiers d’affaires sont très optimistes. L’arrivée des vaccins va restaurer la confiance des investisseurs dans les marchés financiers. Si les performances passées ne préjugent pas des performances futures, le gain de 200 % entre mi-mars et fin décembre de l’ETF Renaissance IPO – composé de sociétés qui ont récemment fait leurs premiers pas sur une Bourse américaine – devrait néanmoins inciter les gérants d’actifs à acheter des titres lors des premières cotations.

Déjà, de grosses introductions sont attendues à Wall Street. Des secteurs qui n’étaient pas particulièrement porteurs avant la crise sanitaire comme le e-commerce, la e-santé ou le e-learning pourraient fournir une bonne partie des candidats à la cote. Mardi 5 janvier, déjà, la fintech Affirm qui fournit des prêts aux acheteurs en ligne a annoncé qu’elle souhaitait lever près de 1 milliard de dollars sur le Nasdaq. Robinhood, l’application de trading sur mobile serait également aux portes de la Bourse de New York . La banque Goldman Sachs préparerait son introduction en Bourse en 2021, selon Reuters, pour une valorisation de 20 milliards de dollars. 

Fin décembre, Coinbase, la plus grande plateforme américaine de transactions sur les cryptos et la deuxième au monde derrière Binance, a confirmé qu’elle envisageait une introduction en Bourse . Elle a entamé les démarches auprès du régulateur des marchés américains, la Securities and Exchange Commission (SEC). Instacart (épicerie numérique), dont l’activité a explosé pendant le confinement, pourrait s’introduire pour une valorisation à 30 milliards de dollars. 

Engouement pour les SPAC

Les SPAC devraient par ailleurs continuer à susciter de l’engouement . Depuis lundi, les demandes de levées de fonds déposées à la SEC dépassent le milliard de dollars. Des sociétés qui n’avaient pas envisagé d’aller en Bourse avant plusieurs années pourraient bien opter pour cette façon de se faire coter. 

Quelles places financières seront gagnantes? Entre le Brexit et la nouvelle variante de Covid-19, la place financière londonienne manque quelque peu d’attractivité en ce début d’année. Le gestionnaire d’actifs Foresight, spécialisé dans les énergies renouvelables, est l’un des seuls à y avoir évoqué une entrée en bourse dès le mois prochain. En Europe continentale, quelques introductions sont attendues. Le groupe néerlandais spécialisé dans le transfert de données informatiques prépare actuellement son entrée à la Bourse d’Amsterdam, a indiqué Sky News, mardi 5 janvier.

En France, en début de semaine, Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie (l’utilisation de virus bactériophages) de précision pour traiter les infections bactériennes résistantes ou compliquées, a annoncé son projet d’introduction en Bourse sur le marché Euronext Growth à Paris. Il s’agit d’une petite opération mais les spécialistes du marché primaire sont convaincus que 2021 sera une meilleure année que 2019, et a fortiori que 2020. Icade envisage la mise en Bourse de son pôle santé. Cet été, Engie a indiqué réfléchir à l’avenir de son activité de services, la cotation étant une option. Enfin, après le SPAC du trio Niel-Zouari-Pigasse, d’autres projets de ce type seraient dans les tuyaux, selon les banquiers.



Source link

Autres articles

La fusion Euronext-Borsa Italiana pourrait être confirmée dans les heures qui viennent

administrateur

L’euro en légère hausse après les mesures de soutien supplémentaires de la BCE

administrateur

Wirecard : le gendarme européen des marchés ouvre une enquête sur le régulateur allemand

administrateur

Janet Yellen devra accompagner la baisse du dollar sans provoquer de krach

administrateur

Cryptomonnaies : le bitcoin en route vers de nouveaux records ?

administrateur

Le patron de Rio Tinto débarqué après la destruction d’un site aborigène

administrateur