Image default
Finance

Affaire Greensill : Credit Suisse veut attaquer SoftBank en justice



Alors que Credit Suisse tente par tous les moyens de récupérer les fonds liés à Greensill pour rembourser ses clients , la banque helvète pourrait se retourner en justice contre le conglomérat japonais SoftBank, selon des informations du « Financial Times ».

Spécialiste de l’affacturage inversé , Greensill payait les fournisseurs de ses clients, tandis que ces derniers s’engageaient à rembourser leurs dettes selon un calendrier leur permettant de ménager leur trésorerie. Greensill replaçait ensuite une partie de ces créances sous forme de titres dans des fonds gérés notamment par Credit Suisse .

Softbank impliqué de tous les côtés

Or SoftBank était à la fois le principal investisseur de Greensill, mais également de plusieurs sociétés que la fintech avait comme clients. Parmi celles-ci, se trouve Katerra, une start-up californienne spécialisée dans l’immobilier qui promettait de réduire les délais et les coûts de construction dans le bâtiment.

Fondé en 2015, Katerra a rapidement accumulé les déboires . Fin 2020, SoftBank a dû voler à sa rescousse en injectant 440 millions de dollars dans Greensill en échange d’un effacement de la dette de Katerra. Greensill ayant déjà replacé cette dette sous forme de titres dans les fonds de Credit Suisse, les 440 millions de dollars auraient dû revenir à la banque suisse. Or la somme n’a jamais rejoint ces fonds. Au lieu de ça, Greensill l’a réinvestie dans sa propre banque en Allemagne , selon le « Wall Street Journal ».

Enquête interne

Depuis l’effondrement de Greensill et le gel, en mars dernier, de 10 milliards de dollars de fonds liés à la fintech, la banque suisse a lancé une enquête interne . Elle cherche à savoir ce que Greensill et SoftBank ont partagé comme informations, notamment sur Katerra, avec les responsables des fonds de Credit Suisse. Elle cherche également à savoir ce que SoftBank savait exactement des agissements de Greensill. Credit Suisse a déjà rompu les liens avec SoftBank, selon Bloomberg, et ne fera plus affaire avec le conglomérat japonais.

Sur les 10 milliards que contenaient les fonds de Credit Suisse liés à Greensill, la banque helvète en a déjà remboursé 4,8 milliards à ses investisseurs et d’autres versements sont prévus. Mais elle a prévenu que 2,3 milliards de dollars seraient difficiles à récupérer. Au sein de cette somme, on retrouve les 440 millions liés à Katerra, 1,2 milliard lié à l’industriel britannique Sanjeev Gupta et 690 millions liés à Bluestone Resources, une entreprise américaine appartenant au gouverneur de Virginie-Occidentale, Jim Justice.



Source link

Autres articles

Les vendeurs à découvert font leur show télé

administrateur

Le bitcoin et cryptos réussissent le « stress test » du coronavirus

administrateur

Wall Street organise prudemment le retour au bureau

administrateur

Alipay, WeChat… Trump veut interdire toute transaction avec les applications chinoises

administrateur

Les banques européennes face aux risques croissants d’impayés

administrateur

Qui est Cerberus, prêt à racheter les agences de HSBC France ?

administrateur