Image default
Finance

Alipay, WeChat… Trump veut interdire toute transaction avec les applications chinoises



Publié le 6 janv. 2021 à 8:43

Jusqu’au dernier moment, Donald Trump aura poursuivi sa croisade contre Pékin. Alors que le président américain doit quitter la Maison Blanche dans quinze jours, celui-ci a signé, mardi, un décret visant à interdire, d’ici à quarante-cinq jours, toute transaction avec huit services de paiement et applications chinois.

Le chef d’Etat qui a essayé tout l’été, en vain, de prohiber le très populaire réseau social TikTok (qui appartient au groupe chinois Bytedance), accuse ces logiciels de récolter des données confidentielles et de servir à Pékin à faire de l’espionnage. Seront interdites, après le délai, « toutes les transactions par toute personne […] dépendant de la juridiction des Etats-Unis, avec les personnes qui produisent ou contrôlent les applications connectées chinoises suivantes […] : Alipay, CamScanner, QQ Wallet, SHAREit, Tencent QQ, VMate, WeChat Pay et WPS Office », indique le décret exécutif.

En visant Alipay, ce décret est un nouveau coup dur pour le cofondateur d’Ant, Jack Ma. Celui- ci n’a pas été vu en public depuis que les régulateurs chinois ont suspendu l’introduction en Bourse de 35 milliards de dollars du bras financier d’Alibaba, Ant Group.

Une base d’utilisateurs américains restreinte

L’administration Trump n’a pas identifié des cas spécifiques de vol de données à l’aide des applications visées, mais fonde ses attaques sur la loi chinoise, qui impose aux entreprises du pays de partager leurs données si Pékin leur demande. Ces applications « sont utilisées par un nombre extrêmement élevé d’utilisateurs et se trouvent sur des dizaines de millions d’appareils, il y a donc une récolte massive d’informations et de données qui vont au gouvernement chinois et dans des algorithmes », a justifié un haut responsable du gouvernement lors d’une conférence de presse téléphonique.

Dans les faits, des applications comme WeChat et Alipay ont leur plus grande base de clients en Chine et le nombre d’utilisateurs aux Etats-Unis est relativement restreint. Parmi les groupes cités dans le décret, c’est CamScanner, une application de numérisation de documents, qui a été la plus téléchargée en 2020, avec 4,4 millions d’installations, rapporte Bloomberg. Loin devant Alipay et ses 207.000 téléchargements aux Etats-Unis.

L’équipe de Biden n’a pas été prévenue

La décision doit entrer en vigueur après que le milliardaire républicain a été remplacé par le président élu Joe Biden, le 20 janvier. Il appartiendra donc à celui-ci – qui a très peu fait part de ses intentions à l’égard des menaces technologiques de la Chine – de décider de l’appliquer ou pas. Un haut responsable du gouvernement a précisé que ce sujet n’avait pas été évoqué avec « le potentiel gouvernement à venir ».

Quoi qu’il en soit, le décret est susceptible de faire face à des défis juridiques similaires à ceux rencontrés lors de la tentative de Trump de forcer la vente des activités américaines de TikTok et de restreindre l’accès à la messagerie de WeChat. Les Etats-Unis sont engagés depuis plusieurs années dans une guerre commerciale intense avec la Chine. Les tensions entre les deux puissances économiques se sont encore amplifiées en 2020 à propos de plusieurs questions, parmi lesquelles le commerce, la pandémie de Covid-19 et la répression à Hong Kong.



Source link

Autres articles

L’Opep et ses partenaires s’entendent pour continuer à limiter la production de pétrole

administrateur

Rothschild & Co accuse une chute de son résultat net

administrateur

Bourse : Alibaba et Tencent pourraient à leur tour être exclus de Wall Street

administrateur

Un début d’année en fanfare pour les Bourses mondiales

administrateur

Coronavirus : pour éviter une pénurie, Trump ordonne aux producteurs de viande de rester en activité

administrateur

Erreur d’écriture : Citigroup saisit la justice pour récupérer son argent

administrateur