Image default
Finance

Assurance : ouverture d’une enquête approfondie sur l’opération à 30 milliards de dollars de Aon



Publié le 21 déc. 2020 à 20:55Mis à jour le 21 déc. 2020 à 21:11

La Commission européenne veut y regarder à deux fois avant de donner son feu vert à la naissance d’un géant mondial dans le secteur du courtage en assurances d’entreprises, devant l’américain Marsh & McLennan. Lundi soir, l’institution bruxelloise a annoncé l’ouverture d’une « enquête approfondie » pour déterminer si le rachat de Willis Towers Watson par Aon annoncé en mars dernier n’allait pas réduire la concurrence sur des marchés où les deux groupes sont actifs.

A l’issue d’une enquête initiale, les autorités de concurrence européennes disent avoir mis en évidence « un certain nombre de sujets de préoccupation » en lien avec le rapprochement à 30 milliards de dollars des numéros deux et trois mondiaux du secteur, cotés aux Etats-Unis et exerçant dans une multitude de pays .

Bruxelles redoute que l’opération puisse « réduire le choix et augmenter les prix pour les clients européens sur le marché du courtage en assurance des risques commerciaux », a déclaré Margrethe Vestager, la vice-présidente exécutive de la Commission chargée de la politique de concurrence.

Un spectre d’analyse large

Considérant qu’Aon et Willis Towers Watson sont « deux des très rares courtiers » en mesure de fournir un certain nombre de services « à une échelle multinationale », la Commission craint notamment que l’opération réduise la concurrence pour les grands groupes internationaux.

Elle compte se pencher sur un spectre large de segments de marchés, le courtage d’assurance dommages et responsabilité mais aussi le courtage d’assurance sur le cyber risque, le risque politique, le risque de crédit ou les offres pour le secteur maritime.

La Commission dit aussi redouter que les entreprises de « toutes tailles » ne pâtissent d’une réduction de la concurrence pour les « risques liés à la fabrication spatiale et aérospatiale, ainsi que dans quelques classes de risque supplémentaires sur certains marchés nationaux ».

En parallèle, l’institution compte examiner les marchés des services de courtage en réassurance ainsi que des services aux entreprises de conseil et d’administration des régimes de retraite, de santé et de protection sociale.

Verdict d’ici au mois de mai prochain

La décision de la Commission est une « étape commune dans le processus de revue d’une transaction de cette taille et de cette complexité », a déclaré Aon dans un communiqué. L’entreprise domiciliée à Londres assure qu’elle reste « sur la bonne voie pour terminer le rapprochement dans la première moitié de 2021 », sachant queles activités d’Aon et Willis Towser Watson, sont « complémentaires ».

La Commission a jusqu’au 10 mai prochain pour rendre son verdict. ​La grande majorité des concentrations qui lui sont notifiées sont rapidement autorisées mais plusieurs opérations font aujourd’hui l’objet d’une enquête approfondie de la commission parmi lesquelles, le projet d’acquisition de Chantiers de l’Atlantique par Fincantieri , oui celui de GrandVision par EssilorLuxottica.



Source link

Autres articles

La bombe à retardement des prêts garantis par l’Etat

administrateur

Le fonds Apax Partners s’intéresse à la gestion de patrimoine

administrateur

Goldman Sachs met 50 millions de livres dans une néobanque britannique

administrateur

La crise du coronavirus bouscule la hiérarchie boursière des banques européennes

administrateur

Le « loup de Wall Street » se lance dans le coaching de traders

administrateur

Swiss Re passe 2,2 milliards de dollars de provisions liées au Covid-19

administrateur