Image default
Finance

Bpifrance vient renforcer le groupe audiovisuel de Niel, Pigasse et Capton



Publié le 22 sept. 2020 à 18:47Mis à jour le 22 sept. 2020 à 18:54

La puissance publique apporte son soutien aux projets audiovisuels de Xavier Niel, Pierre-Antoine Capton et Matthieu Pigasse. Bpifrance a en effet annoncé ce mardi un investissement de 50 millions d’euros pour favoriser le développement de Mediawan, l’un des leaders français de la production de fictions. C’est le plus gros ticket jamais investi par la banque publique, filiale de la Caisse des Dépôts et de l’Etat, dans « les industries créatives ».

Il y a deux ans, bpifrance avait déjà mené un tour de table de 16 millions d’euros, avec notamment BNP Paribas et Amundi, pour entrer au capital de Federation Entertainment , qui produit notamment « Le Bureau des Légendes » et « Marseille ».

« Bpifrance est un acteur historique du financement des industries créatives. Nous sommes heureux de pouvoir accompagner des entreprises françaises comme Mediawan qui veulent grandir, consolider et créer des groupes de taille européenne », commente Nicolas Dufourcq, le patron de la banque publique, convaincu que « Paris peut devenir le Hollywood européen de la production de contenus », à même d’alimenter les grandes plateformes comme Netflix.

Changement de dimension

L’argent de bpifrance va permettre de renforcer le poids des actionnaires français au capital de Mediawan, en train de changer de dimension avec le soutien de KKR. Mediawan s’apprête en effet à mettre la main sur Lagardère Studios, qui produit notamment « Clem » et « C dans l’air », et sur la société Troisième Oeil (« C à Vous »). Il est aussi en train de finaliser une offre publique sur ses actions . Les fondateurs de la société (Capton, Niel et Pigasse) et la MACSF, qui détiennent aujourd’hui 27 % du capital et des droits de vote, détiendront la majorité des droits de vote, mais le fonds KKR doit devenir majoritaire au capital.

Afin d’avoir accès au système de soutien du Centre national de cinéma (CNC) pour le financement des séries et films, une société doit être contrôlée en droits de vote par des actionnaires européens, ce qui est le cas actuellement. « Mais la BPI vient renforcer l’ancrage français de Mediawan dans un domaine -les industries culturelles – où la souveraineté est importante », analyse un connaisseur du secteur.

Difficile de dire quelle sera la part exacte du capital de bpifrance au final, en attendant la clôture de l’offre publique. Mediawan affiche actuellement une capitalisation boursière de plus de 380 millions d’euros. L’argent de bpifrance permettra de financer en partie le changement de dimension de Mediawan au côté de celui de KKR, assure bpifrance, qui aura un poste dans les organes de gouvernance du groupe audiovisuel, précise la banque dans un communiqué.



Source link

Autres articles

Affaire Wirecard : comment les hedge funds traquent les fraudes

administrateur

Paiements : WhatsApp interpellée par la Banque centrale du Brésil

administrateur

BCE : le monde politique réagit à l’ultimatum des juges allemands

administrateur

Monedo, une autre fintech allemande en plein naufrage

administrateur

Le CAC 40 passe la barre des 5.000 points

administrateur

En Allemagne, un moratoire sur les crédits à la consommation jusque fin juin

administrateur