Image default
Economie

ces patrons et salariés qui viennent en aide aux habitants touchés par la tempête Alex


Les dégâts dans les Alpes-Maritimes sont considérables. Le député Éric Ciotti les estime au total à 1,5 milliard d’euros. Ponts, routes, habitations… Les torrents de boue qui ont ravagé les vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée ont tout emporté sur leur passage, laissant un spectacle de désolation et des populations privées d’eau courante, d’électricité et, pour beaucoup, de toit.

Ces crues hors normes ont fait au moins six morts, et neuf personnes sont toujours portées disparues et 13 autres «supposées disparues», selon les pompiers du département. Au-delà des milliers de sauveteurs et de volontaires qui sont toujours à pied d’œuvre dans les zones sinistrées, de nombreux acteurs économiques ont tenu à apporter leur aide, bénévolement. Des entreprises niçoises ont notamment organisé des collectes de dons et mis à disposition des stocks de matériel, d’eau et de nourriture. Le Figaro s’est entretenu avec quelques personnes comptant parmi les nombreux professionnels qui se sont spontanément proposés pour apporter leur soutien.

«Auparavant il y avait deux populations distinctes dans la région : les gens du rivage qui étaient pécheurs et ceux de la montagne. Après la Seconde Guerre mondiale, les gens de la montagne sont descendus pour trouver du travail dans les villes, ce qui fait qu’aujourd’hui beaucoup d’habitants du bord de mer ont encore des liens avec les villages des montagnes», explique Eric, commercial dans la zone de fret de l’aéroport de Nice. C’est d’ailleurs son cas. Sa maison de famille se situe à proximité de la Vésubie.

Approvisionnement en eau

Rapidement, il contacte un de ses clients, le leader des eaux minérales françaises Ogeu, pour savoir s’il est en mesure de donner des bouteilles d’eau. «Lorsque j’ai eu mon client au téléphone, il avait déjà prévu de faire des dons, mais il ne savait pas comment les transporter sur zone», raconte-t-il. Il contacte alors un ami, membre de la Fédération nationale des transports routiers. «Les membres de la FNTR ont discuté pour voir quelle entreprise avait des camions et des chauffeurs disponibles pour acheminer des vivres dans les zones affectées le plus tôt possible», explique ce dernier. Cette collaboration a porté ses fruits puisque dès lundi un camion a pu être mobilisé pour transporter les palettes d’eau jusqu’à la ville de Carross.

Le groupe Ogeu a fourni des palettes d’eau qui ont été transportées dès lundi par des membres de la FNTR Eric Maïssa

Certains chauffeurs qui ont été parfois eux-mêmes victimes de la tempête se sont également portés volontaires pour effectuer des trajets sur leurs jours de repos. «Dans mon entreprise un jeune chauffeur qui était resté bloqué de vendredi midi à samedi midi après avoir livré un client était volontaire pour repartir dès le lendemain approvisionner les sinistrés», relate le patron membre de la FNTR contacté par Le Figaro.

Mobilisation des salariés de Decathlon

Au Decathlon de Lingostière, les salariés aussi ont voulu agir également. «Les zones sinistrées on les connaît, c’est là que l’on pratique habituellement», explique un chef de rayon du magasin. «Dimanche on a commencé à échanger entre nous (les employés du magasin, ndlr) pour voir ce que l’on pouvait faire pour aider les sinistrés. Dès que le magasin a ouvert lundi nous avons organisé dans un premier temps, un lieu de collecte de dons (auprès des clients, ndlr) car c’était l’initiative que l’on pouvait mettre en place le plus rapidement», explique-t-il.

La direction des magasins s’est également mobilisée en mettant à disposition une partie de ses stocks. «Nous avons dans un second temps contacté les centres de distribution gérés par la préfecture pour savoir quels étaient les besoins les plus urgents et lundi j’ai pris ma voiture pour récupérer dans les magasins Decathlon du département des stocks de réchauds, de cartouches de gaz et de pastilles pour purifier l’eau appartenant à l’entreprise», poursuit le chef de rayon. Dès lundi les employés du magasin ont apporté «un premier jet» au centre de Menton. Les pompiers et la sécurité civile ont ensuite pu acheminer le matériel et les dons des particuliers sur zone.

Le stock de réchauds, cartouches de gaz et de pastilles pour purifier l’eau donnés par Decathlon. Décathlon Lingostière

L’acheminement des ressources reste toujours ardu, une semaine après la catastrophe. Si quelques routes ont été partiellement dégagées par les pompiers et les militaires du génie, le transport aérien reste pour le moment le seul moyen fiable pour apporter aux habitants les produits issus de cet élan de solidarité.



Source link

Autres articles

«Pour s’en sortir, il va falloir être plus solidaire et plus intelligent»

administrateur

Vendre en viager un bien immobilier de luxe, c’est possible!

administrateur

StopCovid, l’appli de traçage enfin disponible pour la phase 2 du déconfinement

administrateur

La commission d’enquête de l’Assemblée nationale estime la fraude sociale «entre 14 et 40 milliards d’euros» par an

administrateur

les autorités redoutent des «émeutes de la faim»

administrateur

« En France, tout est fait pour rendre l’accès aux tests plus compliqué »

administrateur