Image default
Economie

Cette agence mêle immobilier, architecture et design


EN IMAGES – Déjà présente à Marseille et Toulouse, cette enseigne d’un nouveau genre vient de s’installer à Paris. Découverte d’un concept original.

Comme bon nombre de créateurs d’entreprise, Amandine et Sébastien Coquerel ont voulu lancer un concept à leur image et qui réponde à leurs besoins. Amateurs de design, d’art de vivre, de beaux objets et de beaux logements, ils trouvent tous deux que ces univers sont trop cloisonnés. Alors qu’ils n’ont rien à voir avec ces professions autrement qu’en tant que clients, ce couple de cadres parisiens habitués aux grands groupes (BMW pour monsieur, L’Oréal pour madame), ont lancé à Marseille une agence immobilière d’un nouveau genre, hybride, baptisée Archik.

» LIRE AUSSI – La mairie de Paris inaugure des HLM des beaux quartiers qui font rêver

Dans un espace vaste et au design forcément soigné, les clients trouveront des agents immobiliers pour leur vendre un logement mais aussi des architectes pour les transformer ou les aménager, des paysagistes, un conseiller artistique et même de beaux objets à acheter. L’enseigne installe ainsi de façon éphémère de beaux objets à vendre dans des logements qui le sont aussi et édite même quelques petits objets et meubles chaque année. «Ce qui nous guide, c’est l’art de vivre et d’habiter, résume Sébastien Coquerel. Ce qui fait la valeur, ce ne sont pas des mètres carrés, c’est un style, des volumes, une manière de vivre.» Et selon lui, le fait de n’avoir pas d’expérience professionnelle liée à l’immobilier est tout sauf un handicap. «Nous avons apporté notre propre regard et un sens du client, une satisfaction au cœur de toutes les attentions tirés de notre précédente carrière.»

» LIRE AUSSI – Une large palette de tarifs

Il faut croire que leur intuition était la bonne puisqu’après leur début marseillais en 2014, ils ont rapidement créé une agence à Toulouse et les voici à Paris où ils ne disposent pour l’instant que d’un salon intimiste dans le Marais pour recevoir sur rendez-vous en attendant d’ouvrir à l’automne leur véritable boutique, toujours dans le même secteur, rue de Montmorency, dans le 3e arrondissement. Un emplacement à leur image, même si Marseille restera leur base familiale, «un lieu intrigant où il y a des choses à faire, une certaine manière d’habiter la ville pour nous qui sommes très citadins», explique Amandine Coquerel.

Jusqu’à présent, la demande porte à 60% sur des biens prêts à être habités et 40% sur des interventions d’architecte. L’agence parisienne comptera une directrice, trois agents immobiliers et trois architectes. Amandine Coquerel compte bien y rajouter un paysagiste, très sollicité dans les agences du sud, et pour lequel elle ne désespère pas de trouver une demande, même sur des surfaces forcément réduites. Côté budget de vente, il s’agit plutôt du dessus du panier, même si l’agence veille à avoir un spectre très large. À Marseille, les tarifs s’étalent ainsi de 159.000 euros à 5 millions.





Source link

Autres articles

des ventes prévues en baisse durable contrairement aux prix

administrateur

ce qu’il faut retenir du plan annoncé par le gouvernement

administrateur

« La confiance dans l’immobilier est là »

administrateur

Le syndicat de pilotes SNPL dénonce des «pratiques inacceptables»

administrateur

Bercy met en place une cellule de soutien psychologique aux dirigeants

administrateur

l’Égypte demande le soutien financier du FMI

administrateur