Image default
Finance

Climat : Exxon dans le viseur de ses actionnaires



Après Shell, BP, Equinor et Total, c’est au tour d’ Exxon d’être sous la pression de ses actionnaires en matière de lutte contre le réchaffement climatique. L’un d’eux, le britannique Legal and General Investment Management (LGIM) – deuxième plus gros gestionnaire d’actifs européen derrière le français Amundi – a prévenu ce mercredi qu’il s’opposera à la reconduction de l’ensemble du Conseil d’administration du groupe lors de l’Assemblée générale à venir.

Dans un communiqué publié dans la nuit, le gérant, qui détient 0,5% du capital du pétrolier américain, se dit de plus en plus inquiet face à « l’approche d’ExxonMobil vis-à-vis du changement climatique ». Il pointe notamment du doigt « le refus » du groupe de rendre public son empreinte carbone et de fixer des objectifs chiffrés sur ses émissions de gaz à effet de serre « alors même que d’autres acteurs du secteur – comme BP, Shell et Repsol – ainsi que plusieurs pays, ont fait du « zéro émission » une priorité ».

LGIM rappelle également que l’année dernière, Exxon avait été épinglé dans son deuxième classement annuel répertoriant les entreprises « leaders» (dans leur secteur) mais «retardataires » sur le changement climatique. « Pour rester les meilleurs dans un monde sobre en carbone, les entreprises doivent agir aujourd’hui, aligner leurs décisions d’allocations de fonds propres sur les objectifs de l’Accord de Paris et fixer une feuille de route précise », souligne Meryam Omi, responsable de la stratégie de développement durable et d’investissement responsable chez LGIM, dans le communiqué.

Un mouvement généralisé

L’annonce de LGIM place Exxon dans le groupe des géants pétroliers pressés par ses investisseurs à s’engager plus fortement dans la transition écologique en faisant usage de leur droit de vote lors des assemblées générales. Cette pratique, d’abord initiée par des ONG, s’est considérablement développée ces dernières années à mesure qu’un nombre croissant d’investisseurs a pris conscience de l’urgence climatique et du rôle actif qu’ils pouvaient jouer dans la transformation des entreprises dont ils sont actionnaires.

Avec un certain succès : après qu’une coalition d’investisseurs a déposé une résolution en prévision de leur AG, Shell, Equinor et BP ont rapidement pris des engagements forts – mais jugés encore insuffisants selon certaines ONG – en faveur du climat. Il y a à peine une semaine, c ‘est le Français Total qui a suivi le mouvement après le dépôt de la première résolution du genre début avril. Les compagnies pétrolières américaines restent très en retrait par rapport à leurs concurrentes européennes en la matière.

Reste que l’annonce de LGIM est originale : comme le note lui-même le gérant d’actifs, il n’est « pas commun » qu’un actionnaire prévienne, à l’avance, de sa décision de ne pas renouveler sa confiance dans un conseil d’administration. Il est également très rare qu’un actionnaire vote contre la totalité du Conseil d’administration.



Source link

Autres articles

Avec la crise, les restructurations reprennent dans la banque

administrateur

Commerzbank se dote d’un nouveau patron

administrateur

La crise mondiale de la COVID-19 favorise les projets de monnaies numériques

administrateur

Rothschild & Co accuse une chute de son résultat net

administrateur

Les rémunérations des patrons au coeur des prochaines assemblées générales

administrateur

La BCE souhaite « repenser » la régulation des services financiers face à la montée des Big Techs

administrateur