Image default
Economie

Comment être moins endetté avec le même taux de crédit immobilier


Pour réduire son taux d’endettement et avoir plus de chances d’obtenir un crédit, des banques proposent des formules à mensualités progressives.

De plus en plus de ménages ne peuvent acquérir de logement, faute de crédit. La plupart du temps, c’est dû à un taux d’endettement trop élevé (supérieur à 33% des revenus nets). Pour y remédier, une solution a été ressortie du placard par les Caisses d’épargne qui l’avaient mise en sommeil ces dernières années quand le marché du crédit immobilier fonctionnait à plein.

» LIRE AUSSI – Crédit immobilier: profiter au maximum des taux bas, c’est encore possible

Cette solution quelle est-elle? Les prêts à mensualité progressive. Ce type de crédit permet de rembourser des sommes moins élevées, au début que pour un prêt classique. Et ainsi baisser son taux d’endettement. Puis, comme son nom l’indique, le montant des mensualités augmente de 1% chaque année pour les primo-accédants et de 1,5% pour les investisseurs.

Prenons l’exemple d’un primo-accédant qui gagne 3000 euros nets par mois et souhaite emprunter 250.000 euros sur 25 ans. Avec un prêt classique à 1,75%, il devra rembourser chaque mois 1029,5 euros, soit un taux d’endettement de 34% alors que dans le cadre d’un crédit à mensualités progressives, au même taux de 1,75%, la première échéance sera de 919,5 euros, soit 110 euros de moins, permettant ainsi d’abaisser le taux d’endettement à 30,6%.

» LIRE AUSSI – Ils sont peu endettés et pourtant, ont peiné pour obtenir un crédit immobilier

Dans le cas d’un investisseur, qui emprunte aux mêmes conditions et gagne aussi 3000 euros nets par mois, il devra rembourser 867,75 euros le premier mois, soit 161,72 euros de moins que s’il avait pris un prêt classique. Son taux d’endettement passe ainsi de 34% à 29%. Ce qui, sauf mauvaise surprise, lui permet d’obtenir le feu vert de sa banque.

Un bémol, et il est de taille, le coût total du crédit sera, dans les deux cas, plus élevé (de 3000 euros pour le primo-accédant et de plus de 4000 euros pour l’investisseur), par rapport à un prêt classique. C’est le prix à payer, en cette période de resserrement du crédit, pour accéder à la propriété.

» LIRE AUSSI – Immobilier: comment mettre toutes les chances de votre côté pour emprunter

Mais cette mesure ne risque-t-elle pas d’apparaître comme un contournement des mesures imposées par les autorités financières? Avec la hausse progressive des mensualités, le taux d’endettement risque d’augmenter. «Ces prêts sont destinés aux emprunteurs – primo-accédants et investisseurs notamment – dits «à potentiel», dont les revenus (salaires, loyers…) vont augmenter dans la durée et dont l’endettement n’a donc pas vocation à augmenter», explique Sandrine Allonier, de Vousfinancer, courtier en crédit immobilier. Reste à savoir si cette solution, qui paraît plus crédible que le crédit à taux variable, sera mise en place par d’autres banques. Sinon, il vous reste deux autres possibilités: emprunter plus ou réduire la durée d’emprunt.





Source link

Autres articles

Apple lance ses nouveaux iPhone, compatibles avec la 5G

administrateur

Le Boeing MAX 737 pourrait voler à nouveau dès ce lundi

administrateur

Pas de tour de vis fiscal pour rétablir les comptes. Pour l’instant…

administrateur

Le Covid-19 va coûter au moins 4 milliards de dollars à Amazon

administrateur

44 cas liés à un vol sur 1,2 milliard de passagers depuis janvier

administrateur

Quelles aides pour vous aider à payer votre loyer ?

administrateur