Image default
Finance

Commerzbank bascule dans le rouge après avoir quadruplé ses provisions



Commerzbank s’apprête à changer de cap dans la tempête. La deuxième banque allemande a accusé durement l’effet de la pandémie, avec un résultat net en perte de 295 millions d’euros au premier trimestre.

Il y a un an, elle rassurait encore avec un bénéfice de 122 millions , malgré la restructuration en cours. Son patron, Martin Zielke, s’apprête à annoncer la suppression des dividendes lors de l’assemblée générale virtuelle mercredi après midi.

Provisions pour risques en hausse

Face au choc économique lié au coronavirus, Commerzbank multiplie ses provisions pour pertes de crédit par quatre. Elles sont passés en un an de 78 millions d’euros à 326 millions d’euros, dont « 185 millions imputables à la crise ». Le groupe s’attend à ce que ces provisions s’élèvent entre 1,0 et 1,4 milliard d’euros sur l’ensemble de l’année.

Pour autant, le ratio de fonds propres de bases (CET1) reste à un niveau qualifié de « confortable » de 13,2 %. L’objectif est de maintenir le coussin de sécurité à 12,5 % à la fin de l’année. Un objectif proche des 12,8 % annoncé par Deutsche Bank .

Prêts douteux « inférieur à la moyenne »

Depuis le début de la crise en mars, laCommerzbank a géré « plus de 18.000 demandes de financement et d’information » alors que 80 % de ses effectifs travaillent à domicile. La banque a approuvé 2.500 demandes de prêts garantis par la banque publique KfW pour un volume de 4 milliards.

« Nous pensons que les entreprises allemandes, qui représentent une grande partie de notre activité, s’en sortiront relativement bien pendant la crise », rassure Bettina Orlopp, directrice financière. Selon elle « la proportion de prêts douteux est inférieure à la moyenne allemande et européenne depuis des années ».

Le résultat d’exploitation était encore au premier trimestre de 277 millions d’euros, avec 479 millions de charges liées à la pandémie. Le troisième plan de restructuration « Commerzbank 5.0 » lancé en septembre 2019 , n’a pu encore porter ses fruits dans le contexte actuel, même si les coûts d’exploitation ont été réduits à 1,50 milliard d’euros.

La vente de mBank abandonnée

Patron de Commerzbank depuis quatre ans, Martin Zielke se préparerait à changer à nouveau de cap avec l’aide du cabinet McKinsey, indique Bloomberg. Pour redresser la barre, la banque pourrait fermer encore plus d’agences que prévu et diviser encore ses coûts par deux. « Nous allons intensifier notre gestion des coûts », a reconnu Bettina Orlopp.

En attendant, la banque a annoncé qu’elle renonçait à la vente de la banque polonaise, mBank , qui devait renflouer les caisses et était longtemps considérée comme une « pépite ».

Soutenue depuis la crise financière en 2009 par l’Etat qui est toujours actionnaire, la Commerzbank devra clairement en faire plus pour rassurer. Mercredi en séance, le titre perdait 3,70%.



Source link

Autres articles

Le casse-tête de la future assurance pandémie

administrateur

Les Etats européens sécurisent au maximum leurs émissions de dette

administrateur

Une grosse affaire de délits d’initiés suspendue à une décision européenne

administrateur

Coronavirus : les assurances en première ligne sur la responsabilité des dirigeants

administrateur

Les Français ont déposé 20 milliards d’euros sur leurs livrets et comptes courants en mars

administrateur

Crédit immobilier : la remontée des taux se confirme

administrateur