Image default
Finance

Coronavirus : craignant désormais une récession, la banque centrale sud-coréenne fait chuter ses taux



Craignant maintenant de voir le pays tomber en récession, la Banque de Corée (BoK) a annoncé, ce jeudi matin, qu’elle abaissait son principal taux directeur d’un quart de point à 0,5 %, soit le niveau le plus bas jamais pratiqué par l’institution depuis 1999. Cette baisse est la seconde enclenchée par la banque centrale depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Au début de la crise sanitaire, le pays, qui a très bien contenu la maladie avec moins de 300, pensait toujours être en mesure de dégager sur 2020 une croissance d’au moins 2 %. Mais les conjoncturistes de la Banque de Corée estiment désormais que l’activité pourrait en fait se contracter de 0,2 % sur l’année. « La croissance économique s’est considérablement ralentie. La consommation est restée atone et les exportations ont considérablement diminué », a résumé l’institution dans un communiqué diffusé ce jeudi.

L’inquiétude de la Banque a été alimentée, ces derniers jours, par la publication de statistiques sombres qui montrent que le rebond espéré à partir de l’été, après deux premiers trimestres difficiles, risque de peiner à se concrétiser. Avec une demande déprimée aux Etats-Unis et en Europe, les exportations coréennes ont plongé, en valeur, de 25,1 % le mois dernier, par rapport aux montants enregistrés en avril 2019. Sur les 20 premiers jours de mai, cette baisse était encore de 20,3 % en glissement annuel.

Attentisme économique

Pour soutenir les entreprises et les ménages, le gouvernement a déjà déployé plusieurs programmes de relance mais la population continue de contenir ses dépenses tant que la menace de nouvelles infections n’est pas écartée et les sociétés, inquiètes de la conjoncture internationale, freinent, elles, leurs investissements. « Pour aggraver les choses, les tensions commerciales croissantes entre les Etats-Unis et la Chine ajoutent une autre dimension de risque aux perspectives du commerce mondial », remarque Krystal Tan, une analyste d’ANZ Research.

Comme nombre d’experts, elle est convaincue que la banque centrale coréenne va devoir se résoudre rapidement à utiliser des instruments beaucoup moins conventionnels dès qu’elle aura intégré les limites de sa politique monétaire classique axée sur les ajustements de taux. Du bout des lèvres, le gouverneur de la BoK a laissé entendre, ce jeudi, que l’institution pourrait considérablement doper ses achats d’obligations d’Etat, comme le font déjà plusieurs autres grandes banques centrales. La Banque avait pour l’instant évité de se lier à un programme d’assouplissement quantitatif précis.



Source link

Autres articles

Covid-19: en deux mois, l’endettement des entreprises a bondi de 90 milliards d’euros

administrateur

Charbon : Amundi étrille la stratégie du géant allemand RWE

administrateur

Washington accélère ses investissements dans les métaux rares

administrateur

Coronavirus : le sans-contact devient la norme dans le monde pour les paiements par carte

administrateur

Nouveau coup de froid sur le marché du pétrole

administrateur

A Hong Kong, les banques françaises discrètes face aux tensions politiques

administrateur