Image default
Finance

Coronavirus : pour éviter une pénurie, Trump ordonne aux producteurs de viande de rester en activité

Publié le 29 avr. 2020 à 10h56

Alors que le bacon commence à se faire rare ou très cher dans les magasins, le président américain Donald Trump a signé mardi un décret intimant l’ordre aux producteurs de viande de rester en activité. Le locataire de la Maison Blanche a invoqué le « Defense Production Act », datant de la guerre de Corée, pour classer l’agroalimentaire dans la liste des secteurs cruciaux quand les Etats-Unis traversent une crise économique. Le gouvernement fédéral s’engagera de son côté à fournir des équipements de protection pour les employés du secteur.

Multiplication des fermetures

Le secteur est sous pression depuis quelques semaines avec la propagation de l’épidémie de coronavirus. Tous les grands groupes du secteur ferment leurs abattoirs aux Etats-Unis en raison de la contamination de salariés. Le géant américain de la viande Tyson Foods a annoncé jeudi dernier la fermeture temporaire d’un abattoir supplémentaire à cause du Covid-19. Son concurrent JBS USA avait annoncé quelques jours plus tôt la fermeture d’une usine abattant 20.000 porcs par jour dans le Minnesota, en plus d’un autre site abattant des bovins dans le Colorado.

Plus d’un quart des capacités dans la filière porc sont à l’arrêt, près de 10 % dans la filière boeuf. La Maison Blanche estime qu’à ce rythme, jusqu’à 80 % des capacités de production de viande peuvent fermer. Les organisations syndicales jugent que l’administration n’a pas fourni de cadre clair pour empêcher ces perturbations.

Les syndicats en état d’alerte

Le syndicat représentant les salariés du secteur agro-alimentaire, l’UFCW, a demandé mardi que le décret présidentiel soit accompagné de mesures pour augmenter les tests Covid-19 et les mesures de distanciation sociale dans les usines. « La réalité est que ces travailleurs mettent leur vie en jeu tous les jours pour nourrir notre pays durant cette épidémie meurtrière », a souligné son président Marc Perrone. Selon ce dernier, au moins 20 employés du secteur sont morts du coronavirus et plus de 5.000 autres ont été hospitalisés ou ont présenté des symptômes.

Les prix de la poitrine de porc, morceau servant à la fabrication de bacon, ont plus que doublé. Les supermarchés de leur côté ne sont pas sûrs d’être correctement approvisionnés. A l’inverse les éleveurs de porcs ne trouvent pas d’acheteurs, ce qui les obligent pour des raisons économiques à euthanasier leurs bêtes . En raison de l’effondrement de la demande des abattoirs, le prix du porc a ainsi chuté de près de 30 % depuis fin janvier sur le marché à terme de Chicago.

Avec Agences



Source link

Autres articles

Bercy dope son dispositif de protection des entreprises contre les impayés

administrateur

A Wall Street, les traders rient, les banquiers pleurent

administrateur

Prêt garanti par l’Etat : 90 % des bénéficiaires sont des TPE

administrateur

Le patron de CNP, futur gendarme des assureurs

administrateur

Paiements en ligne : l’authentification renforcée prend encore du retard

administrateur

Gestion : les frais dans le viseur du gendarme des marchés

administrateur