Image default
Finance

Covid-19 : JP Morgan enquête sur des fraudes aux aides publiques



Publié le 9 sept. 2020 à 17:23

Le programme fédéral d’aide aux petites et moyennes entreprises suscite bien des excès, aux Etats-Unis. Cette fois, c’est la première banque américaine en termes d’actifs, JP Morgan Chase, qui a ouvert une enquête sur de possibles fraudes de la part de ses clients et de certains employés. La direction en a fait part dans une note envoyée à ses 256.000 salariés, en ce début de semaine.

« Malheureusement, nous avons constaté des comportements qui ne sont pas à la hauteur de nos principes commerciaux et éthiques, et qui pourraient être illégaux, explique la banque. Cela inclut des clients qui utilisent abusivement le programme de prêts aux entreprises, les allocations chômage et d’autres programmes du gouvernement. Certains employés sont aussi concernés ».

JP Morgan n’a pas donné plus de détails sur l’étendue de ces agissements et les pratiques concernées. Mais la banque, qui a été le plus gros prêteur de ce programme avec 29 milliards de dollars d’aides, parle de « fraudes ». Elle a annoncé qu’elle coopérait pleinement avec les autorités pour déterminer les circonstances de ces fraudes.

Déjà plusieurs cas de fraudes

Ce n’est pas la première fois que le « PPP » (Paycheck Protection Program, le programme de protection des salaires) se retrouve pointé du doigt. Censé permettre aux PME de continuer à verser leurs salaires, même en cas d’arrêt de leurs activités, il a été mal ficelé, dès le départ.

Les banques partenaires n’avaient pas reçu les ordres du gouvernement à temps et avaient dû reporter de plusieurs jours la mise en oeuvre des prêts. Ce sont ensuite de très grosses entreprises, pour certaines cotées en Bourse, qui ont réussi à bénéficier de ce programme destiné aux PME, et ont dû rembourser les aides perçues .

Plusieurs cas de fraude ont aussi été signalés. Un chef d’entreprise de Floride a ainsi utilisé les fonds qu’il avait reçus du PPP (près de 4 millions de dollars) pour s’acheter une Lamborghini, des bijoux et demeurer dans des hôtels de luxe. Il avait pourtant déclaré aux autorités avoir payé ses 70 salariés avec cette enveloppe.

Un avenir incertain

Selon un rapport parlementaire, près de 3 milliards de dollars de prêts poseraient ainsi problème. Sont concernées, notamment, des entreprises qui n’auraient pas dû bénéficier de ces aides car elles travaillaient avec le gouvernement ou parce qu’elles ne répondaient pas aux critères de taille. Des proches de Donald Trump ont aussi touché des aides. Le PPP a débloqué un total de 525 milliards de dollars de prêts, accordés à 5,2 millions d’entreprises. Selon l’administration Trump, il a permis de sauver 50 millions d’emplois. Pour les économistes, les chiffres se situent plutôt entre 1 et 14 millions.

Environ 130 milliards de dollars de ce programme n’ont pas encore été dépensés, mais les entreprises ne peuvent plus, pour le moment, postuler. Démocrates et républicains sont divisés sur la façon d’utiliser ce surplus .



Source link

Autres articles

Les destins contrastés des banques d’investissement françaises

administrateur

Le plus grand trader américain débarque à Paris en 2021

administrateur

Après un trimestre solide, Crédit Agricole joue la prudence

administrateur

Etats-Unis : la justice s’intéresse au cartel du poulet

administrateur

Ces politiques que les conseils d’administration recrutent

administrateur

Monedo, une autre fintech allemande en plein naufrage

administrateur