Image default
Finance

Covid 19 : le taux de défaut des entreprises a doublé en moins d’un an dans le monde



Publié le 12 nov. 2020 à 12:15

Les plans de soutien des Etats aux entreprises auront tout juste permis de limiter la casse. Le taux de défaut des entreprises appartenant à la catégorie « spéculative » – les moins bien notées – a atteint 6,5 % sur 12 mois dans le monde, selon Moody’s. Soit, explique l’agence de notation, près du double de leur niveau d’avant la pandémie. Du jamais vu en 10 ans.

Tout aussi préoccupant, « le nombre total de défaillances d’entreprises a grimpé à 180 depuis le début de l’année, dépassant le chiffre enregistré chaque année depuis la crise financière mondiale », constate Sharon Ou, chez Moody’s. En termes géographiques, l’Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada), a été la plus touchée avec 124 défauts depuis le début de l’année. L’Europe en totalise 31 contre 14 pour la région Asie-Pacifique, 9 pour l’Amérique latine et 2 au Moyen-Orient et en Afrique. Et il ne s’agit que de l’échantillon des entreprises qui font l’objet d’une notation par Moody’s.

Reconfinement

Le début de reprise économique enregistrée à la fin de l’été a permis de réduire le rythme des défaillances, note Moody’s. Le gros des difficultés est survenu entre avril et juillet, avant de ralentir. Seuls 11 cas ont été enregistrés en octobre. Néanmoins, cette tendance pourrait bien s’inverser sous l’effet de la deuxième vague de l’épidémie , qui a entraîné une nouvelle salve de mesures restrictives. « Les tendances macroéconomiques et les conditions du marché pourraient devenir défavorables si les taux d’infection augmentent de manière significative et freinent la reprise l’activité économique avant qu’un vaccin ne soit largement disponible », analyse Sharon Ou.

Le champ des secteurs touchés s’est également élargi. Jusqu’à récemment, ce sont principalement les entreprises spécialisées dans le pétrole et le gaz qui avaient présenté des défaillances. Mais depuis octobre, les services aux entreprises – notamment les spécialistes des distributeurs de café et de snacks, comme Selecta – et le bâtiment, à l’instar du constructeur chinois Jiangsu Nantong Sanjian, sont concernés à leur tour.

L’hôtellerie et les loisirs à la peine

« Au cours des 12 prochains mois, nous nous attendons à ce que les services aux entreprises aient le plus grand nombre de défauts de paiement, suivis par l’hôtellerie et les loisirs et toujours le secteur du pétrole et gaz, avertit Sharon Ou. Le secteur hôtellerie et loisirs devrait d’ailleurs connaître le plus gros taux de défauts d’ici à octobre 2021. » D’autant plus que la pleine activité du secteur connexe des voyages et du tourisme ne retrouvera pas une pleine activité avant au moins 2023, poursuit l’agence de notation. Le mois dernier, la compagnie aérienne scandinave SAS a dû procéder à une restructuration de sa dette obligataire.

Les prochains mois devraient rester très compliqués. Moody’s anticipe que le taux de défaut mondial des entreprises atteindra 7,2 % pour 2020, avant de bondir à 8,1 % en mars prochain. Il pourrait ensuite commencer à redescendre lentement.



Source link

Autres articles

Les marchés grimpent à nouveau, portés par de nouvelles annonces de la Fed

administrateur

EDF risque une sanction de 10 millions d’euros

administrateur

La Chine et la tech tirent les marchés mondiaux à un plus haut historique

administrateur

Voyage au pays où on fabrique le cash

administrateur

Bond du contrôle des investissements étrangers en France

administrateur

Le pétrole s’offre une nouvelle journée cauchemardesque

administrateur