Image default
Economie

Dans les Hauts-de-France, ces centres de vaccination qui ferment le week-end faute de doses


Les doses reçues d’un week-end à l’autre peuvent varier du simple au triple. Pour éviter de tourner en sous régime, certains centres préfèrent fermer leurs portes.

Le centre de vaccination de Denain aura-t-il des doses le week-end prochain ? La question se pose sérieusement dans cette ville du Nord. Elle a dû fermer son centre le week-end dernier : les doses tant attendues pour l’opération «coup de poing» de fin de semaine ne sont pas arrivées en nombre suffisant. Denain n’est pas la seule ville à avoir souffert d’un tel phénomène : à Abbeville (Somme) et à Orchies (Nord) il a également fallu fermer les centres de vaccination.

«C’est une situation très compliquée à gérer, regrette-t-on du côté de la mairie de Denain. Nous avions programmé beaucoup de vaccinations le week-end. Les secrétaires médicales ont dû rappeler tous les patients pour leur demander de reporter la vaccination. Ce sont des personnes âgées, il était hors de question de les faire se déplacer pour rien.» Les week-ends précédents, la commune avait reçu entre 350 doses et 550 doses pour le samedi et le dimanche. Le week-end dernier, le chiffre a chuté à 200. «À ce compte-là, ça ne servait à rien d’ouvrir le centre. 200 doses, on peut les écouler le vendredi», explique Agnès Lyda-Truffier, directrice du centre hospitalier de la commune qui pilote la campagne de vaccination.

Eviter le sous-régime

Sur le plan organisationnel, c’est un casse-tête : il faut être en mesure de déprogrammer massivement si les livraisons ne sont pas à la hauteur des espérances. La pilule passe d’autant plus mal que la semaine dernière Emmanuel Macron avait, lors d’un déplacement dans les Hauts-de-France, promis de donner un coup d’accélérateur à la campagne vaccinale, dans cette région très touchée par l’épidémie et concernée par le renforcement des restrictions sanitaires.

Comment expliquer une telle chute du nombre de vaccins proposés à Abbeville, Denain, Orchies ? Cela tient à une subtilité administrative : les villes des Hauts-de-France reçoivent un calendrier prévisionnel de livraisons de doses de vaccins pour quatre semaines. Mais ce calendrier n’inclut que les doses qui devront être injectées du lundi au vendredi. Le week-end, les centres de vaccination reçoivent des doses dont le nombre ne leur est précisément indiqué que le jeudi qui précède.

Ce sont ces doses qui permettent aux villes d’organiser des actions «coup de poing» avec du nombre important de vaccination. À Abbeville, il était ainsi possible de vacciner 700 personnes en un week-end il y a deux semaines. Mais le week-end dernier, la commune n’a reçu que 154 doses. «Le scénario ‘coup de poing’ s’est transformé en scénario ‘coup de mou’» a quant à lui critiqué le centre d’Orchies, fermé le samedi et le dimanche pour ne pas tourner en sous-régime – il aurait atteint à peine 15% de ses capacités en ouvrant.

Adaptation à la circulation de l’épidémie

L’Autorité régionale de Santé (ARS) des Hauts-de-France nous indique que ces variations importantes d’un week-end à l’autre s’expliquent en raison des «allocations supplémentaires qui interviennent de la part du ministère [de la Santé, NDLR] notamment dans le cadre de la réponse à l’accélération de la circulation virale

Concrètement, aux livraisons prévues plusieurs semaines à l’avance s’ajoutent des lots de doses délivrées sur la mesure en temps réel des chiffres de l’épidémie. Si la circulation du coronavirus s’accélère durant une semaine donnée dans une commune, elle recevra un nombre plus important de doses le week-end même. «Comme les deux week-ends précédents, les HDF sont la région qui a le plus vacciné ces derniers samedis et dimanche avec 54 998 injections, soit plus de 20% des injections réalisées en France», tient cependant à préciser l’ARS.



Source link

Autres articles

Les «professions sacrifiées» manifestent ce lundi à Paris

administrateur

les restaurateurs essaient de positiver malgré un probable report de la date d’ouverture

administrateur

le cas Ikea est loin d’être le seul…

administrateur

comment vous installer sans vous ruiner ?

administrateur

Ouverture d’une conférence sociale à Matignon en pleine accélération de l’épidémie

administrateur

la BCE est prête à accroître son bazooka anticrise

administrateur