Image default
Economie

Découvrez les Soho, ces bureaux directement reliés à des logements


Un laboratoire des nouvelles pratiques urbaines. Dans ce quartier de Chapelle International, créé dans le nord-est parisien en lieu et place d’une zone de fret ferroviaire de 7 hectares à deux pas de la porte de la Chapelle, on retrouve bon nombre des dernières tendances du moment: plateforme de logistique urbaine, agriculture urbaine et aussi un premier ensemble de Soho. Derrière cet acronyme anglo-saxon (pour small office, home office) se cache un concept qui a pu faire rêver pas mal de monde durant cette crise sanitaire: des espaces de bureaux situés tout près de son logement, voire directement reliés entre eux.

» LIRE AUSSI – Ils paient plus de 330 euros de chauffage par mois dans leur écoquartier

Le quartier a été structuré selon un double principe: le monde d’en haut avec de hautes tours d’habitation flirtant parfois avec les 50 mètres et faisant le pari d’une ville dense et le monde d’en bas avec de petites rues, des commerces et des bureaux. En cours de livraison, l’ensemble conçu par Jacques Moussafir Architectes et Nicolas Hugoo Architecture illustre ces deux mondes. De part et d’autre, chacun des architectes a conçu une tour d’habitation (l’ensemble offrant un total de 105 logements sociaux) tandis que le socle unissant ces deux bâtiments sur deux niveaux est constitué de 18 Soho et de deux commerces.

Bois, aluminium et béton

L’ensemble a été réalisé avec trois matériaux principaux: aluminium, bois et béton. L’une des tours utilise du béton et de l’aluminium, celle d’en face du béton et du bois tandis que les Soho jouent la carte de l’aluminium et du bois. «Pour les Soho, contrairement aux autres unités présentes dans ce quartier, nous avons choisi d’associer directement bureaux et logement par le biais d’un escalier privatif, explique jacques Moussafir. Nous avons créé un petit paysage de toiture et voulu installer une urbanité à l’échelle de l’îlot avec sa petite rue intérieure.»

Concrètement, les espaces de travail et d’habitation ont été traités de manière indifférenciée même s’il a fallu appliquer des normes distinctes pour la partie logement et la partie bureau. Les espaces dédiés à l’habitation occupent tous le centre de l’îlot, à l’étage pour les grands Soho et en rez-de-patio pour les petites unités. Ils sont reliés aux espaces de travail situés au rez-de-chaussée sur rue par des escaliers intérieurs. L’ensemble est globalement très lumineux (hormis certains rez-de-patio) avec ses grands espaces vitrés, reste à voir comment s’organisera la vie dans ces locaux mi-bureaux, mi-maisons de ville. Certains pourraient y craindre un manque d’intimité, d’autres apprécieront la porosité qu’offre cette installation où l’on peut faire varier la surface dédiée à l’habitation ou au travail.

Maroquinier et école de tatouage

Et côté loyer, comme cela se passe-t-il? Comme pour les autres Soho du quartier, ceux-ci seront gérés par bailleur social RIVP. À côté de ses 60.000 logements et 2500 commerces intégrés dans ses immeubles, le bailleur dispose également de 200.000 m² dédiés à la préservation de l’emploi local. Aux côtés de ses pépinières, hôtels d’entreprises et espaces de soutien à l’artisanat, la RIVP mise désormais sur les Soho. «Nous disposons de tous les socles d’immeubles sur Chapelle International, soit près de 8000 m², précise Simon Mejane, directeur de l’immobilier d’entreprises à la RIVP. Le premier lot commercialisé est déjà presque plein, ce type de petites surfaces est plus facile à louer actuellement que de grands espaces.» Dans ce lot E, on trouvera notamment des photographes, un artisan encadreur ou encore un expert-comptable, un maroquinier ou une école de tatouage. Le lot F est en cours de commercialisation et ce n’est qu’un peu plus tard que s’ouvriront les candidatures pour le lot G, les 18 Soho reliant directement bureaux et logements.

Ces derniers représentent une surface totale de 1293 m² soit près de 72 m² en moyenne avec une grande diversité de formats. Les loyers sont conçus comme des loyers commerciaux dont le logement est une annexe. Ils sont affichés à 230 euros par m² et par an (hors taxe et hors charges), soit 19,2 euros mensuels par m² pour les trois premières années du bail. Ensuite, ce sera 270 €/m²/an soit 22,5 euros mensuels. Quant à la partie habitation, elle est facturée à 220 €/m²/an soit 18,3 euros mensuels. L’avenir dira si cette pratique s’installe. «Finalement, c’est une formule qui existait déjà au Moyen-Âge quand le boulanger habitait au-dessus de son four où dans bien des immeubles haussmanniens où les commerçants habitaient à l’étage», rappelle Simon Mejane.



Source link

Autres articles

Véran promet des hausses de salaires et une réforme du système

administrateur

le contrat entre le laboratoire CureVac et Bruxelles dévoilé… en partie seulement

administrateur

Combien de temps pour rentabiliser un achat immobilier ?

administrateur

Pâtes, papier toilettes, jouets…Ces produits sur lesquels se ruent les Français à la veille du reconfinement

administrateur

la vaccination dans les entreprises démarre au ralenti

administrateur

les professionnels du tourisme prennent leur mal en patience

administrateur