Image default
Economie

Des grandes fortunes aux petits épargnants, qui sont les victimes de Bernard Madoff ?


Plusieurs milliers de personnes à travers le monde avaient investi, parfois sans le savoir, dans ce qui s’est révélé être la plus grande escroquerie de l’histoire.

Qu’ils soient de simples particuliers ou d’immenses fortunes, les victimes de Bernard Madoff, décédé mercredi à l’âge de 82 ans, se comptent par milliers. Avec des pertes qui se chiffrent à 65 milliards de dollars, l’homme d’affaires américain est à l’origine de la plus grande escroquerie financière de l’histoire.

C’est en 2008 qu’est révélée cette gigantesque fraude, basée sur le système de «Ponzi» après qu’un grand nombre d’investisseurs, affolés par la crise financière, ont demandé à récupérer leur dû. Aux États-Unis, au Japon, à Singapour, en Corée du Sud mais aussi en Europe, ils sont des dizaines de milliers à réaliser, du jour au lendemain, qu’ils ont perdu tout l’argent engagé et, pour certains, qu’ils sont désormais ruinés.

Rapidement, de grands noms émergent comme ceux des acteurs Kevin Bacon, John Malkovich et l’actrice Zsa Zsa Gabor, mais aussi celui du réalisateur Steven Spielberg. Aux États-Unis, ce sont également de grandes institutions qui ont été flouées à l’instar de l’équipe de baseball des New York Mets. C’est aussi le cas du Comité international olympique (CIO), de la Fondation pour le don de moelle osseuse ou encore la Fondation Elie Wiesel pour l’humanité qui a ainsi perdu 15 millions de dollars. Des musées, écoles et universités sont également concernés. En France, la chute du système instauré par Bernard Madoff a par ailleurs coûté 22 millions d’euros à Liliane Bettencourt. La riche héritière avait toutefois empoché une plus-value de 15 millions d’euros en 2003 grâce à ce même système.

Des petits épargnants ruinés

Les victimes de «Bernie» ne sont pas seulement des grandes fortunes. Ce sont aussi de petits épargnants qui avaient parfois engagé les économies d’une vie. «J’avais placé 500.000 euros, issus de la vente de mon commerce et de l’assurance-décès de mon mari, en toute confiance puisque je connaissais mon chargé de compte depuis vingt-deux ans !», racontait au Parisien l’une des nombreuses victimes françaises en 2017.

En effet, si certains ont investi consciemment dans le fonds Madoff, pour d’autres, le choc fut d’autant plus grand qu’ils n’avaient jamais eu vent d’un tel placement. Désireux d’un investissement sûr, ils avaient confié leur argent à des sociétés d’investissement à capital variable (Sicav) et des fonds de placements qui avaient eux-mêmes investi dans des fonds liés à Madoff. Plusieurs Sicav ont ainsi été pointées du doigt comme les deux Luxembourgeoises, Luxalpha et Luxinvest, commercialisées par la banque suisse UBS ou encore Thema, une sicav irlandaise proposée par HSBC. À titre d’exemple, en 2009, l’Autorité des marchés financiers (AMF) estimait à 500 millions d’euros les pertes des petits épargnants ayant investi auprès de Luxalpha, qui avait au total acquis 1,4 milliard d’euros d’actifs Madoff.

3,2 millions de dollars restitués

Le processus d’indemnisation des milliers de victimes est long. De 2008 à 2020, le Madoff Victim Fund du département de la justice américain a ainsi enregistré 66.000 plaintes, dont 39.000 ont été validées. Le liquidateur judiciaire, Irving Picard, a reçu 17.000 demandes de remboursement, ramenées à 2300. Le total des restitutions s’élève à près de 3,2 milliards de dollars, avait indiqué le 10 juillet 2020 le ministère de la justice. Pour l’heure, 2,7 milliards ont été reversés.

Au-delà des millions perdus, le scandale Madoff a eu des répercussions tragiques à commencer dans la famille de l’homme d’affaires, dont le fils aîné s’est donné la mort en décembre 2011. Thierry de la Villehuchet, financier français installé à New York et qui avait placé chez Bernie Madoff environ 1,4 milliard de dollars de clients tels que Liliane Bettencourt, s’est, lui, suicidé dans son bureau de Manhattan fin décembre 2008. De même, William Foxton, un soldat britannique blessé en Afghanistan et reconverti dans l’humanitaire, s’est tiré une balle dans la tête après avoir tout perdu.

À voir aussi – Mort du financier Bernard Madoff, auteur de la plus grande escroquerie de l’histoire



Source link

Autres articles

Si le couvre-feu ne suffit pas, «il y aura un confinement», avertit Le Maire

administrateur

le FMI recommande une taxe provisoire sur les riches

administrateur

Ces stars qui peinent à vendre leur immobilier

administrateur

une proposition de loi veut imposer des quotas en entreprises

administrateur

Les producteurs de sapins de Noël dénoncent les propos du maire de Bordeaux

administrateur

Entre stocks qui débordent et besoin urgent de trésorerie, les grandes enseignes cassent les prix

administrateur