Image default
Economie

difficultés et incompréhensions en attendant la réouverture


Alors que les parcs et jardins en plein air sont ouverts depuis le déconfinement l’année dernière, les parcs zoologiques restent fermés depuis bientôt 6 mois, une situation inédite.

Fermés depuis le 29 octobre 2020, tout en étant soumis à des frais fixes et incompressibles très élevés, les parcs zoologiques survivent grâce aux aides de l’État. La réouverture se fait encore attendre alors que le retour des beaux jours ne fait qu’augmenter le manque à gagner.

Rodolphe Delord, président de l’Association française des parcs zoologiques (AFdPZ), et du ZooParc de Beauval dans le Loir-et-Cher explique qu’évidemment, alors que le parc est fermé, « nos animaux continuent à manger, les soigneurs animaliers et vétérinaires travaillent, et les services de maintenance importants sont maintenus ». Alors que le parc accueille habituellement 1,6 million de visiteurs par an, il a fait 1,2 million d’entrées en 2020 et aucune pour l’instant en 2021. « Notre priorité est de maintenir le même niveau de soin aux animaux et d’assurer la sécurité sanitaire pour rouvrir dès que possible ». L’équilibre financier est donc impossible à maintenir a priori, sans les aides de l’État.

Au Bioparc de Doué-la-Fontaine en Anjou, qui a perdu 20% de visiteurs sur l’ensemble de la saison l’année dernière, François Gay fait un constat similaire : « qu’on soit fermés ou ouverts au public, l’activité de l’équipe animalière et technique est la même ». Mis à part les équipes des services de restauration, et les saisonniers en attente d’être employés pour l’été, les salariés du zoo sont tous en poste. « On a eu moins de 5% de chômage partiel au premier confinement, pourtant on a zéro recettes, donc on vit avec la trésorerie des prêts garantis par l’état (PGE), et les recettes de l’an passé ». François Gay n’a pourtant pas l’intention de réduire les dépenses d’aides aux projets de conservation et aux associations locales de soutien aux animaux à travers le monde, qui devaient représenter 4% du chiffre d’affaires du zoo en 2021.

L’Allemagne et la Belgique ont autorisé l’ouverture des parcs zoologiques. Bioparc – Sébastien Gaudard

Le zoo de La Boissière-du-Doré près de Nantes, a pour sa part dû lancer une cagnotte Leetchi pour faire face à ses difficultés financières lors de la fermeture en mars 2020. Son président Sébastien Laurent raconte : « quand on a fermé le 17 mars, on était au pire du pire, le mois de mars est difficile chaque année, mais là on venait de faire le plus gros investissement de l’histoire du parc, pour étendre le parc à lions et construire de nouveaux lodges, et on avait fermé deux week-ends en février pour inondation ». Une opération réussie puisqu’elle a permis de récolter 50 000€ à travers 715 donateurs, dont « plus de la moitié avait laissé un message, on a reçu plein de dessins d’enfants, une petite fille a donné deux fois sa tirelire… ».

Incompréhensions quant à la réouverture

Outre les aides d’urgence de l’État, à travers les fonds de solidarité et les PGE, sans lesquels ces zoos privés n’auraient pas pu s’en sortir, tous se sentent soutenus par un public en attente de la réouverture : « on manque au public, il nous manque aussi », soupire François Gay. « On est assaillis de mails et de personnes qui demandent pourquoi on est fermés », raconte Sébastien Laurent. Une situation qui semble aussi incompréhensible pour les deux présidents que pour les visiteurs. Quand il a appris le maintien de la fermeture pour le troisième confinement en cours, le président du zoo de la Boissière témoigne : « personnellement je l’ai très mal pris, on est des établissements de plein air, on a mis des protocoles en place, validés par les préfectures, l’année dernière on a accueilli 120 000 visiteurs du 17 mai au 29 octobre, sans aucun problème, les gens respectaient très bien », il souligne qu’« en Allemagne et en Belgique, les parcs zoologiques sont ouverts, on sait qu’il n’y a pas de risques, mais ici le gouvernement ne veut pas envoyer de signes positifs, donc on est des dommages collatéraux ». Au Bioparc de Doué-la-Fontaine également la frustration se fait sentir : « on s’est battu pour communiquer sur l’ouverture, on avait organisé tous les protocoles pour recevoir du public, mais tout s’est arrêté à quelques heures du feu vert pour rouvrir au mois de mars ». Il souligne pourtant que « 95% des parcs ne sont qu’en plein air, on peut fermer le vivarium, et suspendre les animations ». « Je comprenais les décisions gouvernementales sur l’année passée, mais aujourd’hui j’ai une grande lassitude sur le parti pris que je partage beaucoup moins », renchérit François Gay.

Espérances de reprise

Le Président du ZooParc de Beauval se veut pourtant optimiste : « à partir du moment où nous pourrons rouvrir, nos établissements seront visités, car les Français vont rester en France, donc nous sommes dans l’attente ». En effet à Doué-la-Fontaine aussi, les suites du premier confinement avaient été encourageantes : « l’été dernier, les visiteurs étaient de retour », avec un taux de fréquentation de « 10 à 15% supérieur » aux années précédentes sur la même période.

Pendant ce temps, les animaux privés de leur public n’ont pas beaucoup changé leurs habitudes, « mis à part les orangs-outans qui aiment bien les visiteurs, donc qui demandent qu’on passe plus de temps avec eux », et les « oiseaux qui peuvent étendre leur terrain de nidification dans les grandes volières ». Les grands primates et les félins, chez lesquels quelques cas de Covid avaient été détectés aux États-Unis, font l’objet d’une attention particulière, mais qui ne diffère pas beaucoup des précautions sanitaires prises habituellement par le personnel animalier. Les 1400 animaux du Bioparc de Doué-la-Fontaine se portent bien, « on n’est pas en temps de guerre, on ne les a pas mangés », ironise son président, avec la certitude que « la vie va reprendre ».



Source link

Autres articles

Les Français sortent moins leur carte bancaire, mais dépensent en moyenne davantage

administrateur

Un quart des entreprises diminuera sa masse salariale de plus de 10% d’ici la fin de l’année

administrateur

les bars et restaurants rouvrent dans plusieurs régions d’Italie

administrateur

une bonne idée plombée par trop de contraintes

administrateur

Inquiets de la «nouvelle variante» du Covid-19, des pays coupent leurs liaisons avec le Royaume-Uni

administrateur

l’Australie dévoile son projet pour faire payer Google et Facebook

administrateur