Image default
Economie

Et si des bouchons usagés servaient à isoler votre logement?


Passionné de recyclage, ce couple vivant en Alsace récupère des milliers de bouchons en liège pour améliorer l’isolation de sa maison.

Autant de qualités concentrées dans un tout petit bouchon de liège: il ne laisse pas passer l’humidité, il protège des champignons, il est naturel, ne dégage aucune émanation toxique et sait se montrer patient puisqu’il faut près de 50 ans à un chêne-liège pour livrer sa première récolte. C’est par goût pour ce produit du quotidien et aussi car c’est une adepte du recyclage qu’Anne-Sophie Parent ne peut se résoudre à jeter ses bouchons à la poubelle. Et comme elle vit avec son compagnon Jean-Yves Leroide dans une maison dont l’isolation est quasi inexistante, elle a cherché à intervenir de ce côté-là. Il faut dire que dans leur petite ville d’Altkirch, au sud de l’Alsace, entre l’été chaud, l’automne humide et l’hiver froid, mieux vaut soigner son confort thermique.

Exemple de coffrage réalisé autour des fenêtres. Crédits photo A.-S. Parant

Les bouchons après leur passage dans le broyeur à végétaux. Crédits photo A. 6 S. Parant

» LIRE AUSSI – Une mauvaise isolation pèse plus sur les prix des maisons que des appartements

«Lorsque je travaillais à Lille, nous étions partenaires d’une entreprise d’insertion belge qui collectait et broyait des bouchons pour en faire des plaques de liège isolantes», explique Anne-Sophie Parant. Elle a adapté le principe de façon plus artisanale en collectant des bouchons autour d’elle et en sensibilisant quelques restaurateurs. Cela ne l’empêche pas de récupérer plus de 30.000 bouchons qu’elle stocke dans des caissettes à champignons pour les aérer. «Les restaurateurs eux-mêmes étaient surpris du volume de bouchons qu’ils récupéraient et je me suis rendu compte que beaucoup de gens stockaient des bouchons depuis des années sans jamais savoir quoi en faire», précise-t-elle.

Un projet pour le grenier

Seconde étape: les bouchons sont réduits en miettes dans une broyeuse à végétaux installée au grenier, avant d’être tassés dans des coffrages pour isoler le contour des fenêtres ainsi qu’un escalier. L’association Alter Alsace énergie qui œuvre pour les économies d’énergie et le renouvelable a calculé pour eux la bonne épaisseur pour une isolation efficace: 20 centimètres. Après ces premières réalisations, le couple a stocké une nouvelle trentaine de milliers de bouchons et aimerait s’attaquer à un gros morceau: l’isolation du grenier.

Mais ils reconnaissent que malgré leur enthousiasme, ils sont loin d’être des spécialistes de la question. Ils en appellent donc aux bonnes volontés des connaisseurs pour trouver comment procéder. Et comme ce ne sont pas des intégristes du bouchon, ils sont prêts à mettre de l’eau dans leur liège avec d’autres techniques, pourvu qu’elles soient écologiques et si possible à base de recyclage. Le couple dispose d’ailleurs d’une adresse de courriel spécifique (desbouchons@gmail.com) et d’une page Facebook pour échanger sur ces initiatives.

Le stock de bouchons qui attendent de pouvoir isoler le grenier… Crédits photo A. – S. Parant





Source link

Autres articles

comment la France se prépare à l’arrivée des vaccins

administrateur

L’impact spectaculaire de la crise sur le marché du travail en 12 chiffres clés

administrateur

Joe Biden affirme vouloir faire sortir progressivement les États-Unis du pétrole

administrateur

Square, l’autre entreprise à succès du PDG de Twitter

administrateur

de nouvelles aides pour les entreprises

administrateur

Air France va engager un plan de départs volontaires

administrateur