Image default
Finance

EXCLUSIF – Prêts participatifs : les binômes gérants d’actifs-banques sont prêts



Les briques des prêts participatifs relance sont quasiment toutes assemblées. Jusque-là restées dans l’ombre, les sociétés de gestion vont entrer en action. Pour mémoire, les assureurs français se sont engagés à investir 11 milliards d’euros, au côté de la Caisse des Dépôts, dans le dispositif voulu par les pouvoirs publics pour accompagner la relance de l’investissement des entreprises.

Leur rôle ? Participer, au côté des banques, à la décision d’octroi des prêts dits « non-granulaires », supérieurs à 10 millions d’euros. Pour ces grosses enveloppes, réservées aux ETI, les assureurs ont « appairé » chacun des six gérants sélectionnés avec une banque.

Tikehau décroche BPCE, Capza la Société Générale

Amundi travaillera avec BNP Paribas, la boutique Eiffel Investment avec Crédit Agricole et Tikehau, un autre indépendant, avec BPCE. Capza (dont Axa est actionnaire) collaborera avec Société Générale, BNP Paribas Asset Management (AM) avec Crédit Mutuel, et Aviva Investors France avec La Banque Postale, a appris « Les Echos » de sources concordantes.

La Fédération française de l’assurance, qui confirme la liste, a joué les équilibristes pour mettre en place ces binômes. Elle devait ménager les susceptibilités, tout en prévoyant des garde-fous. Pas question en effet de marier les sociétés d’un même groupe sur ces gros dossiers de dette subordonnée, pour éviter les conflits d’intérêts.

Critères d’affinité et de volume

« Chaque banque nous a transmis ses préférences parmi les gérants que nous avions présélectionnés. Les représentants des investisseurs ont ensuite auditionné neuf gérants, sur les 63 identifiés au départ, explique Franck Le Vallois, directeur général de la FFA. Cela nous a permis de classer les sociétés de gestion sur la base de plusieurs critères comme la taille de leurs équipes et leur expérience. L’étape suivante a consisté à les appairer avec les banques en fonction du volume de prêts participatifs attendus par chacune, et de leurs préférences. »

Les prévisions de volume de production ne reflètent pas les parts de marché globales des banques. Crédit Agricole est le leader de la banque de détail en France, mais BNP Paribas est plus présent auprès des ETI, principales destinataires des grands prêts participatifs. Son partenaire désigné Amundi, filiale du Crédit Agricole, semble donc avoir remporté le gros lot.

« Si l’enveloppe des prêts participatifs atteint les 14 milliards visés, les prêts non-granulaires pourraient représenter 4 à 5 milliards d’euros, soit 500 millions à un milliard d’euros pour chacune des six sociétés de gestion, anticipe Emmanuel Weyd, directeur des investissements crédit d’ Eiffel . Avec des prêts de 30 millions d’euros en moyenne, cela pourrait représenter entre 15 et 30 opérations par gérant. De notre côté, nous nous préparons à traiter un dossier d’investissement par semaine en moyenne, dans les prochains mois. »

LBPAM travaillera aussi avec Société Générale

Pour les petits prêts, qui pourraient représenter 60 à 70 % des encours avec plus de 10.000 lignes de crédit, chaque banque travaillera avec sa société de gestion maison, à l’exception de Société Générale, indiquent des sources concordantes. Sur le point de vendre sa filiale Lyxor , la banque de La Défense ne va pas travailler avec Amundi, son partenaire historique, mais avec La Banque Postale AM, un établissement public avec lequel elle a déjà collaboré dans plusieurs métiers.

LBPAM coopérera donc à la fois avec sa maison mère et avec Société Générale. Amundi a été naturellement retenu par Crédit Agricole, BNP Paribas AM par BNP Paribas, Natixis Investment Managers par BPCE et CIC Private Debt par Crédit Mutuel.



Source link

Autres articles

Pourquoi les difficultés de H2O embarrassent la place de Paris

administrateur

Wall Street organise prudemment le retour au bureau

administrateur

Morgan Stanley de nouveau autorisée à placer la dette de la France

administrateur

A Wall Street, les traders rient, les banquiers pleurent

administrateur

Les conditions de crédit aux entreprises et aux ménages se durcissent en Europe

administrateur

Le Nasdaq veut plus de diversité dans les conseils d’administration des entreprises cotées

administrateur