Image default
Economie

faudra-t il le porter même devant son ordinateur ?


Ce dimanche 16 août, Élisabeth Borne, ministre du Travail, avançait dans le JDD que le masque pourrait être obligatoire en entreprise dans les «espaces de circulation» et les «salles de réunion». Toutefois, la ministre ne définit pas clairement dans cet entretien ce qu’est à ses yeux un «espace de circulation». Les open space en font-ils partie ? Et les employés travaillant dans ces espaces devront-ils garder leur masque même assis à leur poste de travail ?

Un doute devait donc être levé. Peu de temps après, mardi, Élisabeth Borne, le secrétaire d’État chargé des Retraites et de la Santé au Travail Laurent Pietraszewski et les partenaires sociaux se sont réunis pour discuter de l’évolution des règles sanitaires en entreprise. La question du port du masque a bien sûr été abordée. À l’issue de cette réunion, le ministère du Travail a finalement annoncé que le port du masque serait «systématisé dans les espaces clos et partagés au sein des entreprises.» Le communiqué du ministère précise entre parenthèses que seront concernés les «salles de réunion, open space, couloirs, vestiaires, bureaux partagés, etc.» Le document ne va cependant pas jusqu’à évoquer explicitement le cas du poste de travail en open space.

Alors oui ou non, les employés vont-ils devoir porter le masque en situation assise, face à leur ordinateur ? La réponse est oui, a-t-il été confirmé au Figaro. Et la règle du mètre de distance entre les employés reste en vigueur. L’unique exception concerne les bureaux individuels : s’il est seul dans un bureau fermé, l’employé peut retirer son masque.

La CPME souhaite des dérogations

Contactée par le Figaro, la CGT n’est «pas du tout opposée à cette mesure», et aurait même souhaité qu’elle «soit prise plus tôt», estime Vincent Gautheron, membre de la commission exécutive du syndicat. «La question de la qualité et de la quantité des masques se pose», interroge-t-il toutefois.

Du côté du patronat, la CPME n’est «pas favorable à la généralisation du port du masque pour tous les salariés, dans toutes les entreprises en toutes circonstances», explique son secrétaire général Jean-Eudes Du Mesnil. «Nous souhaitons des dérogations notamment dans les open space, quand la distance d’un mètre entre les salariés est respectée et quand l’entreprise a mis en place du Plexiglas», poursuit-il. «Nous voulons protéger la santé des salariés mais nous ne voulons pas casser la fragile reprise économique», justifie-t-il. Dans un communiqué publié la veille, la CPME insiste «sur le fait que les règles applicables doivent être claires, simples et préciser de manière explicite et sans ambiguïté les indispensables dérogations tenant compte de la réalité et de la diversité des situations professionnelles.»

Qui fournira le masque ?

Interrogée sur BFM le 18 août, Élisabeth Borne indiquait qu’il «n’y a pas d’ambiguïté sur le fait qu’on est dans la responsabilité de l’employeur d’assurer la sécurité et la santé au travail.» «Quand il s’agit de permettre aux salariés de bénéficier de ces masques, c’est une responsabilité de l’employeur», a-t-elle ajouté. Ce sera également aux entreprises de diffuser les bonnes pratiques à appliquer à ses salariés.

Une responsabilité confirmée par Me Eva Touboul, avocate en droit du travail, qui précise que les entreprises sont tenues par la loi de veiller à la santé et la sécurité des salariés, il s’agit d’une «obligation de moyen renforcée.» «À mon sens c’est à l’entreprise de fournir les masques, qui seront considérés comme un outil de travail», poursuit-elle.

Depuis quelques semaines, le nombre de cas de Covid-19 augmente, et les entreprises ne sont pas épargnées : sur les 268 clusters en cours d’investigation, 60 sont en milieu professionnel, détaille le communiqué du ministère du Travail du 18 août.



Source link

Autres articles

à quoi sert l’état de catastrophe naturelle?

administrateur

Trump signe l’arrêt qui bannira WeChat et TikTok dans 45 jours

administrateur

Seul un salarié sur six aimerait télétravailler tous les jours

administrateur

Le Boeing MAX 737 pourrait voler à nouveau dès ce lundi

administrateur

Dotées d’un budget record, les armées participent à la relance économique

administrateur

Des restaurants et bars veulent rester ouverts malgré l’interdiction : que risquent-ils ?

administrateur