Image default
Economie

Faute de pouvoir rouvrir leurs salles, les restaurateurs changent de modèle


Faute de pouvoir accueillir leurs clients, certains gérants de restaurant ont décidé de relancer leur activité grâce, notamment, à la livraison à domicile.

Le bar restaurant Le Laffite propose des plats à emporter lors du COVID-19 à Paris, le 23 avril.
Le bar restaurant Le Laffite propose des plats à emporter lors du COVID-19 à Paris, le 23 avril. Jean-Christophe Marmara/JC MARMARA / LE FIGARO

Depuis quelques jours, de plus en plus de restaurants rouvrent, accrochant sur leur devanture une ardoise «À emporter». Des tables et tabourets bouchent l’entrée: il n’est pas question de servir en salle (c’est interdit à jusqu’à nouvel ordre), mais de relancer une activité.

Lundi dernier, au 35e jour de confinement, Le Laffitte, bistrot situé au cœur du 9e arrondissement de Paris, a levé le rideau avec une formule plat du jour à emporter. «Je ne voulais pas rester les bras croisés, j’avais envie de travailler, raconte Olivier, le patron. Et j’en avais besoin, car j’ai un loyer à payer.» Habitants et travailleurs du quartier s’étonnent de voir la vie y renaître. Ravis de sortir de la routine du confinement, ils sont plus nombreux que prévu à passer commande, et Olivier est déjà débordé.

À quelques patés de maison de là, le Royal Bergère, propose burgers et couscous à emporter, avec la possibilité de s’offrir un verre ou une bière. Mais sans s’attabler et encore moins s’attrouper…

Rue d’Enghien,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment



Source link

Autres articles

«On s’attend à une augmentation du chômage, on ne va pas se mentir», prévient Agnès Pannier-Runacher

administrateur

Des syndicats CGT de livreurs à vélo passent à l’offensive contre l’ubérisation

administrateur

une nouvelle technologie pour lutter contre l’exclusion des sourds

administrateur

Acheter un appartement à Paris coûte près de 550.000 euros en moyenne

administrateur

La livraison de repas prête à affronter le 1er janvier, «journée la plus importante de l’année»

administrateur

encore trop de substances «indésirables»

administrateur