Image default
Economie

Gérald Darmanin reconnaît que le marché était «peut-être trop gros» pour la société Adrexo


Le ministre de l’Intérieur était interrogé ce matin par la commission des Lois du Sénat pour s’expliquer sur les manquements dans la distribution des professions de foi aux élections régionales.

Enveloppes brûlées en Haute-Savoie, éparpillée sur les routes de l’Eure ou stockées dans leurs cartons dans l’Ain. Dès la première minute de son audition devant la commission des Lois du Sénat, Gérald Darmanin s’est vu diffuser sur grand écran les preuves par le biais de photographies des dysfonctionnements dans la distribution des professions de foi pour les élections départementales et régionales du 20 juin dernier. Interrogé sur les raisons de ces fautes , Gérald Darmanin a notamment évoqué le défi logistique lié à la concomitance des deux élections régionales et départementales, mais aussi le manque d’expérience de la société Adrexo, tenue pour principale responsable des manquements de ce week-end.

«Il faut distinguer la mise sous plis et la distribution, a-t-il commencé. La mise sous plis s’est faite dans des conditions normales. C’est la distribution qui a posé problème.» Le ministre de l’Intérieur a donc évoqué, en premier lieu, «la concomitance des deux élections» qui entraîne «des défis logistiques importants». Il a ensuite évoqué la libéralisation des services de distributions de propagande électorale, actée en 2005. «Adrexo avait la possibilité de concurrencer La Poste et a donc obtenu une partie de ce marché pour 200 millions d’euros», a-t-il rappelé, avant de reconnaître un peu plus tard : «ce marché était peut-être trop gros pour eux.»

À VOIR AUSSI – Distribution de la propagande électorale: «Adrexo a connu une attaque informatique», évoque Gérald Darmanin

Attaque informatique

Gérald Darmanin a lui-même listé quelques exemples de dysfonctionnements, notamment «des documents entreposés par terre, parfois mis dans des poubelles, parfois brûlés». Il a également évoqué deux raisons données par Adrexo pour justifier ses manquements. Une attaque informatique invoquée par l’entreprise dès la journée de lundi, mais aussi le fonctionnement même de l’entreprise, qui passe par le recrutement de «beaucoup de vacataires» pour effectuer ce travail.

Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs reconnu que les données fournies par La Poste et Adrexo, soit respectivement 0% et 1% de plis non distribués, n’étaient pas corrects. «Le problème est bien largement supérieur à ces chiffres», a affirmé Gérald Darmanin. Gérald Darmanin a notamment annoncé que 9% des plis dévolus à La Poste n’avaient pas été livrés. Un chiffre qui peut être lié à des changements d’adresse ou des décès, mais qui est «supérieur à la moyenne» habituellement constatée.

Par deux fois, Gérald Darmanin a toutefois rappelé que ces dysfonctionnements n’étaient pas «la seule raison à l’abstention». «Les jeunes de moins de 35 ans se sont abstenus à 82%, a-t-il rappelé. Or ce sont ceux qui s’informent en général plus par internet.»



Source link

Autres articles

Les principales banques australiennes signalent des pannes de leurs services en ligne

administrateur

«Nous continuerons d’investir dans la recherche et le développement»

administrateur

Facebook riposte contre le changement de confidentialité d’Apple en affichant son propre message

administrateur

attention aux diffuseurs d’huiles essentielles, explique l’Anses

administrateur

ni nationalisation, ni prolongation d’après le ministre des Transports

administrateur

Biden dévoile un plan d’aide de 1900 milliards de dollars

administrateur