Image default
Finance

Grandes manoeuvres dans le secteur de l’assurance britannique



Publié le 19 nov. 2020 à 17:59Mis à jour le 19 nov. 2020 à 18:13

Les grandes manoeuvres vont bon train dans le secteur de l’assurance britannique. Mercredi, l’assureur généraliste RSA, acteur historique outre-Manche a confirmé son démantèlement. Le groupe coté et employeur de près de 12.500 personnes va être racheté pour 7,2 milliards de livres en cash par un consortium constitué de l’assureur canadien Intact et de son homologue danois Tryg.

Grand assureur de dommages au Canada, Intact va se renforcer dans ce domaine ainsi que dans celui des assurances spécialisées pour certains secteurs en mettant notamment la main sur les activités de RSA au Canada et en Grande-Bretagne. De son côté, le danois Tryg conservera les activités en Suède et en Norvège, de façon à devenir le « plus gros assureur de dommages et de responsabilité en Scandinavie ».

Hausse des prix des assurances d’entreprises

L’opération, offrant aux actionnaires, une prime de plus de 50 % par rapport au cours des trois derniers mois, a reçu le soutien du premier d’entre eux, l’activiste Cevian Capital. Elle intervient à l’heure où les activités d’assurance des particuliers ont été relativement épargnées par la crise du Covid-19. Les activités d’assurance d’entreprises ont certes pu être touchées – RSA fait d’ailleurs partie des acteurs concernés par l’épineuse question de la prise en charge des pertes d’exploitation des sociétés – mais offrent des perspectives intéressantes alors que de fortes hausses de prix semblent s’imposer.

La cession de RSA témoigne par ailleurs de l’intérêt que peut susciter le marché britannique de l’assurance. Cet été, l’assureur Hastings, de bien plus petite taille que RSA mais aussi coté au LSE, a accepté une offre de 1,7 milliard de livres du consortium formé par le sud-africain Rand Merchant International et le finlandais Sampo. L’an dernier, l’allemand Allianz a déboursé plus de 800 millions de livres pour renforcer ses positions au Royaume-Uni via l’acquisition d’une partie de Legal and General et de LV General Insurance.

Questions autour de la stratégie d’Aviva

Le démantèlement de RSA intervient alors qu’un autre poids lourd de l’assurance britannique pourrait subir des transformations profondes : Aviva. Cet été, la nouvelle patronne du groupe Amanda Blanc a annoncé un recentrage de ses activités sur le Royaume-Uni, le Canada et l’Irlande et une revue stratégique des autres activités du groupe en Asie et en Europe. Ce changement de stratégie est très regardé de ce côté-ci de la Manche où Aviva France suscite de nombreuses marques d’intérêt .

La vente est cependant compliquée par la place centrale de son portefeuille d’assurance-vie, développé en partenariat avec l’association d’épargnants Afer. En grande partie composé d’assurance-vie en euros, c’est-à-dire offrant une garantie en capital, il est jugé peu attractif à l’heure où les assureurs doivent composer avec des taux d’intérêt toujours plus bas. Pour l’heure, Aviva est resté discret sur la mise en musique de son recentrage. Les investisseurs guetteront des nouvelles lors de la présentation des résultats trimestriels la semaine prochaine.



Source link

Autres articles

Relance : Bercy promet 3 milliards pour renforcer les bilans des entreprises

administrateur

La tech s’installe dans le CAC 40

administrateur

Prêts garantis : le cap des 100 milliards atteint, les banques mutualistes en tête

administrateur

Lagardère souffle le chaud et le froid

administrateur

« Si les taux d’intérêt réels sont négatifs, c’est le jackpot pour l’or »

administrateur

La livre turque prise dans une spirale infernale

administrateur