Image default
Economie

Herta en procès après la mort d’un enfant


Le petit Lilian, âgé de presque trois ans, s’était étouffé avec un bout de saucisse Knacki. Ses parents veulent alerter sur le danger de ce produit pour les plus petits.

La société Herta, poursuivie pour homicide involontaire après la mort en 2014 du petit Lilian, qui s’était étouffé avec un bout de saucisse Knacki, comparaît lundi 25 janvier devant le tribunal correctionnel de Dax.

Herta, dont le président Arnaud de Belloy sera présent à l’audience, est attaqué en justice par Florence et Vincent Lerbey, pour «homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence» posée par le Code de la Consommation. Ils ne veulent pas qu’un tel drame se reproduise. Leur fils de 2 ans et 11 mois est mort le 11 août 2014 dans un camping de Messanges, sur la côte landaise, où la famille bordelaise séjournait en mobile-home.

Le « diamètre de ces saucisses correspond à l’œsophage des plus petits et leur matière spongieuse peut se coller à la trachée ».

Me Philippe Courtois, avocat de la famille Lerbey

Ce jour-là, au retour de plage avec un couple d’amis et leurs enfants, la maman prépare le repas pour les petits. Au menu, haricots verts et saucisses Knacki qu’elle coupe en rondelles. Après quelques bouchées, Lilian se lève, se prend la gorge entre les mains, il s’étouffe. Florence Lerbey alerte aussitôt son mari et son amie, infirmière anesthésiste. Celle-ci essaie d’enlever le morceau de la gorge du petit, de le faire tousser, pratique la manœuvre de Heimlich et lui tape dans le dos en le maintenant à plat ventre sur ses genoux pendant que la maman appelle le 15. Le papa le prend aussi par les pieds, la tête en bas. Rien n’y fait. C’est l’arrêt cardiaque. Le morceau de saucisse finit par être ôté par l’infirmière grâce à une pince spéciale, à l’arrivée des pompiers. Mais ni eux ni le Samu n’arriveront à faire repartir le cœur de l’enfant.

Avertissement

Si les parents de Lilian ont finalement porté plainte contre Herta, «ce n’est pas pour de l’argent mais pour qu’il y ait une prise de conscience des consommateurs qui ignorent la dangerosité de ce produit», affirme à l’AFP Me Philippe Courtois, avocat de la famille. Le «diamètre de ces saucisses correspond à l’œsophage des plus petits et leur matière spongieuse peut se coller à la trachée», ajoute-t-il. À l’époque, seule une «recommandation pour les plus jeunes» de couper en «tout petits morceaux» était indiqué sur les paquets. Depuis 2015, à la demande de la famille Lerbey, une nouvelle mention avec logo d’alerte figure au dos des emballages : «Pour les enfants de moins de quatre ans, couper la saucisse dans le sens de la longueur puis en tout petits morceaux afin de prévenir les risques d’étouffement».

Dans un récent communiqué, Herta précise avoir alors, «conformément aux souhaits» des Lerbey, incité les autres fabricants de saucisses à pâte fine à reprendre ces termes, ce qu’ils ont «majoritairement» fait. Les parents de Lilian souhaitent que ce texte soit mis à l’avant des paquets pour plus de visibilité. Ils aimeraient également une campagne publicitaire pour faire connaître ce risque qui a déjà été tragique pour quelques autres enfants. En 2018, la Cour d’appel de Paris a notamment reconnu Herta responsable du handicap d’une fillette de trois ans qui avait frôlé la mort avec une «Knacki ball» six ans plus tôt, et indemnisé les parents, estimant que l’emballage ne prévenait pas suffisamment du danger potentiel.



Source link

Autres articles

Annick Girardin lance un appel aux soignants métropolitains

administrateur

Brigitte Bourguignon, une ex-PS nommée ministre déléguée à l’autonomie

administrateur

Après l’assaut contre le capitole de partisans de Trump, de grandes entreprises américaines sanctionnent les politiques

administrateur

Les épiciers de quartier pris à la gorge par le couvre-feu à 18 heures

administrateur

des échiquiers et des livres pour jouer comme dans le Jeu de la Dame

administrateur

La facture des sinistres climatiques «double tous les vingt ans», selon le PDG d’Axa

administrateur