Image default
Economie

«Il n’y aura probablement pas de vente d’Aéroports de Paris avant 2022»


Le gouvernement n’est pas près de se séparer d’ADP. Invité de Jean-Jacques Bourdin ce mardi matin, le ministre de l’Économie et des finances a été interrogé sur les différentes propositions issues de la Convention citoyenne convoquée par Emmanuel Macron, mais aussi sur l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) et la privatisation de Paris Aéroport (ADP). Bruno Le Maire s’est positionné en défenseur du nucléaire, qui «n’émet pas de CO2», et a assuré qu’ADP ne serait «probablement pas vendu avant 2022».

Interrogé sur la privatisation d’ADP Bruno Le Maire, a estimé qu’elle n’était «pas d’actualité». Alors que cette vente avait été inscrite dans la loi Pacte de mai 2019, un référendum d’initiative partagée avait finalement retardé une quelconque mise en application de la mesure. Et malgré l’échec relatif de ce référendum, qui a pourtant atteint un haut niveau de signatures, la vente ne sera pas pour demain. «La vente d’ADP ne va pas revenir dans l’actualité immédiate, a expliqué le ministre. D’abord parce que je suis occupé à autre chose. Mais aussi parce que quand on voit l’activité du transport aérien, céder un actif au moment où il est aussi bas n’est pas responsable, ce n’est pas le moment. Il n’y aura probablement pas de vente d’ADP avant 2022.»

«Sur le nucléaire, on est indépendants!»

Concernant l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim hier soir, Bruno Le Maire a répété son attachement au nucléaire, qui «préserve notre environnement». «Je suis un défenseur du nucléaire, qui n’émet pas de CO2, a-t-il répété. On est l’un des pays qui émet le moins de CO2 au monde, et surtout on est indépendant. Cependant, on reste trop dépendants [du nucléaire]. Il n’est pas raisonnable d’en dépendre à 75 %. Voilà pourquoi on va passer de 75 à 50 % d’ici 2035.»

Bruno Le Maire a ensuite été interrogé sur différentes mesures proposées dans le cadre de la Convention citoyenne. Alors que le président avait écarté la possibilité de limiter les autoroutes à 110 km/h, Bruno Le Maire a ajouté que cette limitation aurait été «une polémique très accessoire et médiocre face à un moment important pour la France pour montrer que l’on peut rester une grande puissance économique tout en accélérant la transition écologique».

Le ministre de l’Économie a ensuite balayé d’un revers de la main l’autre proposition rejetée par Emmanuel Macron, celle de la taxe de 4% sur les dividendes. «Cette mesure aurait été contraire au droit européen, et il aurait donc fallu donc rembourser cette taxe, a-t-il poursuivi. Ce n’est ni cohérent, ni efficace.»

Protéger d’abord les hommes

Concernant la reconnaissance du crime d’écocide dans la Constitution, Bruno Le Maire a expliqué qu’il n’était «pas favorable». «On protège notre planète pour protéger les hommes et les femmes, a-t-il dit. Si on met la nature au-dessus de l’humanité ça conduit à des désastres historiques. [L’écologie], c’est d’abord pour l’homme, plutôt que pour la nature elle-même.»

Autre sujet abordé, le moratoire sur la construction de grands centres commerciaux en zone périphérique. «On perd environ un département de terres agricoles tous les dix ans à cause de l’extension des grands centres commerciaux au mépris des terres agricoles, a poursuivi Bruno Le Maire. Ne peut-on pas utiliser des friches industrielles ou densifier les bourgs, plutôt que de les étendre?»

Finalement interrogé sur le remaniement à venir, Bruno Le Maire, rappelant son passé scout, a assuré qu’il était «toujours prêt».

» À VOIR AUSSI – La privatisation d’ADP va-t-elle faire flamber les prix ?



Source link

Autres articles

De nombreuses faillites d’entreprises attendues d’ici la fin de l’année

administrateur

où se procurer des masques ?

administrateur

Trump menace de «réglementer fortement», voire «fermer» les réseaux sociaux

administrateur

Les chauffeurs d’Uber et de Lyft sont des salariés, répète le régulateur californien

administrateur

Chômage partiel, prix du gaz, drones de loisir… Tout ce qui change au 1er mai

administrateur

à quoi ressemblera la plateforme de La Poste annoncée par Philippe ?

administrateur