Image default
Economie

il sera possible de décaler son rendez-vous de deuxième dose pour les vacances


Cette souplesse de «deux semaines» supplémentaires annoncée par Olivier Véran vient avec une limite : les deux doses doivent toujours être reçues dans un même centre.

Le ministre des Solidarités et de la Santé a tranché : l’exécutif va bien accorder une forme de «souplesse» dans la campagne de vaccination cet été. Une piste étudiée depuis quelques jours. Mercredi soir, sur le plateau de TF1, Olivier Véran a annoncé une «mesure dérogatoire», afin de permettre aux Français ayant reçu une première dose dans les prochains jours de recevoir la seconde sans devoir bouleverser leur calendrier estival et leur organisation des vacances.

Cette mesure doit démarrer ce jeudi «ou dans les tout prochains jours», selon le ministre. Elle doit permettre aux personnes recevant une première injection d’avoir «deux semaines de battement supplémentaire» entre les deux doses. Pour Pfizer et Moderna, par exemple, le rendez-vous pour le rappel est normalement pris environ sept semaines plus tard. «Là, vous pourrez le prendre entre six et huit semaines», a souligné Olivier Véran. Un moyen d’accorder de la flexibilité, pour que les Français puissent partir en congé l’esprit plus léger.

À VOIR AUSSI – Agnès Pannier-Runacher annonce «un renforcement des lieux de vaccination sur les lieux de vacances cet été»

Cette souplesse doit permettre «de ne pas freiner la vaccination au mois de juin», a noté le membre du gouvernement : des personnes pouvaient en effet choisir de décaler leur rendez-vous de première dose après les vacances, inquiètes de devoir bouleverser leurs plans pour l’été à cause de cela. «Il faut impérativement encourager un maximum de gens à se faire vacciner le plus vite possible», plaidait le ministère mardi, alors «qu’énormément de doses seront disponibles en juin». Ce mois-ci, 28 millions de doses sont attendues, dont près de 68% de Pfizer.

Un petit bémol cependant : ce second rendez-vous doit quand même être pris au même endroit que le premier, sauf cas exceptionnel. Cette règle générale, déjà communiquée par le ministère, s’explique «pour la simple raison qu’il est extrêmement compliqué d’anticiper les flux de population» durant les vacances. Il serait difficile d’adapter l’ensemble de la campagne de vaccination aux préférences estivales des Français, expliquait-on. Seuls les individus ayant une «difficulté absolue», un cas de force majeur, peuvent modifier leur lieu de seconde injection : cela doit rester une exception, et elles doivent penser à annuler leur autre rendez-vous, sous peine de voir des doses gâchées.

Évolution au fil des semaines

L’annonce d’Olivier Véran signale une évolution du côté de l’exécutif, confronté à la réalité des vacances et à la réticence des Français d’adapter leur calendrier à leur schéma vaccinal. Il y a quelques semaines, les équipes du ministère étaient plus rigides : «il faut s’adapter, adapter son planning de vacances», afin de revenir dans son centre initial pour la seconde dose, indiquait-on mi-mai. Les voyageurs devront «s’adapter à [leur] schéma de vaccination pour ces vacances-là», martelait-on.

Ce mardi, le ministère se montrait plus ouvert, expliquant plancher sur une «flexibilisation de l’intervalle entre deux doses», afin de jouer sur cette souplesse pour faciliter l’organisation de la période estivale et convaincre de nouvelles personnes de se faire vacciner. Une piste désormais validée par Olivier Véran, alors que la France reste engagée dans une course contre-la-montre contre l’épidémie, pour garantir un été sans quatrième vague à l’horizon.

À VOIR AUSSI – Emmanuel Macron annonce l’ouverture de la vaccination «pour les adolescents et les plus jeunes»



Source link

Autres articles

Le risque accru de loyers impayés inquiète le gouvernement

administrateur

France Inter et France Info font des étincelles

administrateur

Vacciner les salariés pour les faire revenir plus vite dans l’entreprise

administrateur

Le plafond du fonds de solidarité pourrait être porté à 3 millions d’euros

administrateur

Le Plexiglas s’arrache à prix d’or à la faveur du déconfinement

administrateur

Véran promet des hausses de salaires et une réforme du système

administrateur