Image default
Economie

inquiets, les salariés vont se mobiliser ce mardi


Les salariés de l’enseigne de chaussures André vont donner de la voix ce mardi. Les salariés de l’entreprise, placée en redressement judiciaire en raison de la crise du Covid-19, ont en effet été appelés à faire grève dans tous les magasins par l’intersyndicale.

Des rassemblements sont notamment prévus ce mardi à Paris (devant le magasin André Haussmann à partir de 11h), à Lille, à Cannes mais aussi dans de nombreuses autres villes, détaille la CGT au Figaro.

Situation financière délicate

L’enseigne de chaussures, rachetée en 2018 par le site de vente en ligne Spartoo, se trouve actuellement en très mauvaise posture. Suite au confinement, la marque avait dû fermer tous ses magasins. «Nous perdons 250.000 euros par jour de chiffre d’affaires» depuis la décision gouvernementale de fermer les commerces «non essentiels», avait alors expliqué Boris Saragaglia, le PDG de Spartoo.

Après avoir perdu près de 4 millions d’euros en quinze jours, l’entreprise avait déposé le bilan le 23 mars avant d’être placée en redressement judiciaire le 1er avril. Pour rappel, en 2019 déjà, l’entreprise avait essuyé des pertes de 10 millions d’euros malgré un chiffre d’affaires de 100 millions.

Au total, André dispose d’environ 150 points de vente employant 600 salariés. «Les salariés ont été placés en redressement judiciaire mais ils n’ont aucune information sur l’avenir. Ils n’ont aucune nouvelle», explique au Figaro Élodie Ferrier, secrétaire fédérale CGT Commerce et Services. Au total, «on serait à 450 suppressions de postes», poursuit-elle. Dans un autre communiqué, l’intersyndicale déclare qu’«André existe depuis 120 ans» et que «la stratégie de Spartoo l’a conduit à sa perte en 18 mois». Les syndicats en appellent au gouvernement pour «éviter la casse sociale».

De multiples crises

Contactée par Le Figaro, afin d’évoquer la grève de ce mardi, la direction de Spartoo «ne souhaite pas communiquer». Dans une interview du 2 avril, disponible sur le site FashionNetwork, le PDG de Spartoo, Boris Saragaglia, s’était toutefois prononcé sur la situation compliquée de l’enseigne.

«La reprise d’André il y a 18 mois est un projet industriel auquel on croyait beaucoup et auquel on croit encore, c’est-à-dire s’appuyer à parts égales sur le web et le commerce physique», expliquait-il. Avant de poursuivre : «On savait que ce projet allait être difficile mais on ne pouvait absolument pas prévoir de subir des crises sociales et sanitaires. Pendant les actions des ‘gilets jaunes’, notre trafic en magasin a chuté de 20 à 25%, puis au moment de la grève contre la réforme des retraites, nous avons enregistré une baisse de 15 à 20% de la fréquentation».

Avant que le redressement judiciaire ne soit décidé, Boris Saragaglia indique avoir tenté un sauvetage auprès de Bpifrance pour bénéficier d’un prêt de 12 millions d’euros. Or, selon lui, «l’État a refusé de soutenir André». «Je vais me battre pour un plan B et faire le maximum pour éviter la liquidation. L’hypothèse pour cela c’est une réduction drastique du parc, pour le redévelopper ensuite. Suite au rachat, nous n’avions effectué aucun plan social, mais avec la crise du coronavirus, des mesures fortes sont nécessaires», précisait-il également dans cette interview.

Un espoir de reprise ?

François Feijoo, qui a dirigé André lorsque l’enseigne faisait encore partie du groupe Vivarte de 2005 à 2013, est actuellement le seul candidat à la reprise, indiquait l’AFP la semaine dernière. Il a déposé une offre pour reprendre 47 magasins sur environ 180 points de vente, soit un peu plus de 200 salariés.

François Feijoo défendra son projet le 1er juillet lors d’une audience devant le tribunal de commerce de Grenoble, où se trouve le siège de Spartoo, avant une décision finale attendue le 24 juillet.



Source link

Autres articles

des prêts gratuits avec garantie publique, mais pas sans conditions pour les entreprises

administrateur

Les Français mangent moins de frites, les producteurs de pommes de terre croulent sous les stocks

administrateur

Les chauffeurs Uber devront prendre un selfie prouvant qu’ils portent un masque

administrateur

Ces territoires qui pourraient accueillir les relocalisations

administrateur

Les discriminations sur le marché du travail, un fléau qui coûte cher

administrateur

Mediawan rachète Lagardère Studios et s’étend en Europe

administrateur