Image default
Finance

JPMorgan entre sur le marché des cryptomonnaies et bitcoin



Fondée en 1871, la banque américaine JP Morgan s’ouvre aux devises 2.0, les cryptomonnaies ou « cryptos » et bitcoin, nées il y a près d’une dizaine d’années. Elle vient de prendre les plateformes de cryptos Coinbase et Gemini Trust comme clients selon le « Wall Street journal ». Ces deux bourses, sont régulées aux Etats-Unis et font figure de bons élèves en matière de conformité à la réglementation .

La prochaine étape possible pour la banque américaine serait de permettre à ses millions de clients d’investir sur les cryptos sur ses deux plateformes partenaires. Une partie de la clientèle privée des grandes banques souhaite diversifier son patrimoine sur les cryptomonnaies et bitcoin. Cet intérêt s’est accentué cette année.

Grandes manoeuvres

A la différence des sociétés de gestion comme Fidelity, les grandes banques américaines se sont jusqu’ici tenues à l’écart du marché des cryptos et bitcoin. L’initiative de JP Morgan pourrait marquer le début de nouvelles grandes manoeuvres dans le secteur des bourses cryptos, encore morcelé avec près de 300 acteurs : rachats de plateformes par des banques, accords commerciaux…

Monnaie virtuelle : Telegram jette l’éponge

La messagerie cryptée Telegram a annoncé jeter l’éponge dans son projet de monnaie virtuelle et de système de paiement. Celle-ci avait enduré un long bras de fer avec le gendarme des marchés américains.

‘Malheureusement, un tribunal américain a empêché la réalisation de TON’, a déclaré mardi soir sur sa chaîne Telegram le co-fondateur russe de la messagerie, Pavel Dourov, annonçant ‘officiellement que l’implication active de Telegram est terminée’.

Le réseau TON (Telegram Open Network), reposant sur la technologie blockchain, devait créer tout un système de paiement sécurisé et rapide se voulant ‘une alternative à Visa et Mastercard pour une nouvelle économie décentralisée’. Il devait être assorti d’une monnaie virtuelle, le ‘Gram’.

Pour cela, Telegram avait recueilli la somme record de 1,7 milliard de dollars auprès de 200 investisseurs privés, lors d’une levée de fonds massive en cryptomonnaies (ICO). (Avec AFP)

« Pire que la bulle des tulipes »

Début 2018, le PDG de JPMorgan, déclara à Fox News qu’il regrettait d’avoir qualifié le bitcoin de « fraude » l’année précédente. Il « finira mal », « c’est pire que la bulle des tulipes » (une allusion à l’envolée spéculative des bulbes de tulipes au XVIIe siècle), avait alors prédit Jamie Dimon. « On ne peut pas avoir un système où des gens créent une monnaie avec du vent et penser que ceux qui l’achètent sont vraiment malins », estimait-il encore en 2018. Le marché des crypto s’effondra cette année-là après son envolée de 2017.



Source link

Autres articles

Climat : Exxon dans le viseur de ses actionnaires

administrateur

Goldman Sachs met en garde ses clients fortunés sur les risques du bitcoin et des cryptos

administrateur

Wirecard reporte une troisième fois l’annonce de ses résultats financiers

administrateur

Matthieu Pigasse : « Les banques centrales doivent être au service des Etats »

administrateur

Partech boucle son troisième fonds d’amorçage à 100 millions de dollars

administrateur

Oddo BHF et deux fonds en lice pour le rachat de la banque de détail de HSBC France

administrateur