Image default
Finance

La BCE prête à agir face aux risques d’une reprise instable



Publié le 11 nov. 2020 à 16:21Mis à jour le 11 nov. 2020 à 16:23

Pour la Banque centrale européenne, le forum annuel de Sintra est l’occasion d’envoyer des messages forts sur sa politique monétaire . Et cette édition, bien qu’organisée de manière virtuelle depuis Francfort – bien loin des hauteurs de la ville portugaise -, n’a pas dérogé à la règle. Ce mercredi après-midi, dans son discours d’introduction, Christine Lagarde a mis en garde contre un excès d’optimisme.

« Les dernières nouvelles sur un vaccin semblent encourageantes, mais nous pouvons encore faire face à des cycles récurrents d’accélération de la propagation des virus et donc de renforcement des mesures de restrictions jusqu’à ce que l’immunité généralisée soit acquise, a averti la présidente de la BCE. Dans ces conditions, la reprise ne sera peut-être pas linéaire, mais instable, avec des arrêts et des redémarrages fréquents. » Il sera donc nécessaire de « combler le fossé jusqu’à ce que la vaccination soit bien avancée et que la reprise puisse créer sa propre dynamique », a plaidé Christine Lagarde.

Un million d’emplois sauvés

Pointant les caractéristiques très inhabituelles de la récession à laquelle la zone euro fait face, elle a salué la progression des discussions à Bruxelles sur le budget européen, et souhaité que la concrétisation du plan de relance à 750 milliards d’euros soit la plus rapide possible. « La relance budgétaire est particulièrement nécessaire, car elle peut répondre de manière mieux ciblée à la façon dont certaines parties de l’économie sont touchées par les restrictions sanitaires », a martelé la Française.

Christine Lagarde a également rappelé comment la BCE avait pris des mesures exceptionnelles à travers son programme d’achat « urgence pandémie » (PEPP) de 1.350 milliards d’euros. Celui-ci a permis de ramener le calme sur le marché de la dette d’Etat européenne et doit désormais servir à soutenir l’inflation malmenée par la crise sanitaire, mais aussi les TLTRO, ces prêts qui permettent aux banques, aux conditions actuelles, d’être rémunérées par la BCE quand elles financent l’économie. « On estime que l’action combinée de la politique monétaire et des mesures de supervision a permis de sauver un million d’emplois », a-t-elle affirmé.

Une réponse « continue, puissante et ciblée »

Face aux défis qui se posent, la Banque centrale européenne doit continuer à apporter une réponse « continue, puissante et ciblée », au moins jusqu’à la fin de la crise sanitaire. Et Christine Lagarde a donné quelques indices sur ce qui pourrait être annoncé lors de la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs, en décembre prochain.

« Toutes les options sont sur la table, mais le PEPP et les TLTRO ont prouvé leur efficacité dans le contexte actuel et peuvent être ajustés de manière dynamique pour réagir à l’évolution de la pandémie. Ils resteront probablement les principaux instruments de notre politique monétaire », a-t-elle confirmé. On peut y voir une réponse aux rumeurs persistantes de ces dernières semaines, qui voyaient la BCE réduire son action d’urgence au profit de son programme d’achat classique, beaucoup moins flexible. Le montant du PEPP ne serait pas forcément fortement augmenté, mais sa durée serait étendue aussi longtemps que nécessaire.

Christine Lagarde pourrait donner plus de détail au cours de ce forum de « Sintra virtuel ». Notamment lors de la table ronde sur la politique monétaire organisée jeudi avec la participation d’Andrew Bailey, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, et de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine.



Source link

Autres articles

Investisseurs et régulateurs unis pour plus de transparence extrafinancière

administrateur

Levée de dette : semestre record pour l’Etat français

administrateur

Le Venezuela attaque en justice la Banque d’Angleterre pour récupérer son or

administrateur

Swiss Re passe 2,2 milliards de dollars de provisions liées au Covid-19

administrateur

Intesa Sanpaolo en passe de prendre le contrôle de UBI Banca

administrateur

La Chine envisage de constituer des stocks stratégiques de cobalt

administrateur