Image default
Finance

La Corée du Nord en pointe dans la cybercriminalité financière des cryptos et bitcoin



La crise du coronavirus et la remontée des cours des crypto-monnaies et du bitcoin, à 8900 dollars après avoir franchi les 10 000 dollars , aiguisent les appétits des pirates 2.0. L’agence de cyber sécurité sud coréenne ESTsecurity vient d’alerter sur les agissements du groupe de pirates nord coréens «Lazare», auteur du piratage de Sony Pictures en 2014 et de la banque centrale du Bangladesh deux ans plus tard. Il est particulièrement actif depuis le début de la crise sanitaire mondiale. L’activité a bondi sur les plateformes d’échange de cryptos et bitcoin sud coréennes et américaines. Une manne dans le collimateur de Pyongyang en quête d’argent pour soutenir son économie durement éprouvée par des années de blocus et marasme.

Piraterie d’Etat

La Corée du Nord est à la pointe de la cybercriminalité financière et notamment sur les cryptomonnaies et bitcoin , avait pointé un rapport conjoint du département d’Etat américain, du Trésor, du Federal Bureau of Investigation et du département sur la sécurité intérieure. Le conseil de sécurité des Nations Unies, évaluait l’été dernier à 2 milliards de dollars le butin nord coréen en matière de cybercriminalité financière : extorsions, piratage d’institutions financières comme la banque centrale du Bangladesh et des bourses des cryptos, vols de bitcoins par extorsions et chantage…

Trésor de guerre

Ce pays frappé par les sanctions et blocus et, dont la monnaie inspire peu confiance à sa population, cherche à se constituer un trésor de guerre (dollar, or, crypto-monnaies…) pour assurer sa survie financière. Selon le Trésor américain, quatre groupes de pirates nord coréens, dont le célèbre « Lazare », ont dérobé 571 millions de dollars lors de « casses » sur les bourses cryptos sud coréennes et asiatiques entre 2017 et 2018. Cet argent est ensuite blanchi. Deux Chinois ont été inculpés en mars par les autorités américaines pour le blanchiment de 100 des 250 millions de dollars de crypto-monnaies dérobées lors du piratage d’une plateforme. Ils agissaient pour le compte de commanditaires nord coréens.

Les autorités américaines sont prêtes à rémunérer jusqu’à 5 millions de dollars les informations relatives aux activités cybercriminelles nord coréennes. Pyongyang avait qualifié les accusations américaines de « méchantes ».

Pyongyang va émettre des obligations

Pour la première fois depuis 17 ans, la Corée du Nord va émettre des obligations selon le journal «Daily NK». Ces obligations ont été imprimées et transférées à la banque centrale. 60% seront souscrites par les entreprises. Ces obligations leur serviront à acheter les biens et matériaux nécessaires à leur activité, et joueront le rôle de «cash». 40% seront souscrites par la classe entrepreneuriale du pays. Elle subira des sanctions pénales si elle se dérobe à cet effort «patriotique». Le pays manque de devises étrangères. Les autorités ont fermé les bureaux de change. Elles veulent s’accaparer les rares dollars et autres monnaies étrangères encore en circulation. La précédente émission obligataire de 2003 avait été un échec.



Source link

Autres articles

Rothschild & Co et la Banque Postale intéressés par la banque privée Meeschaert

administrateur

Assurance-vie: CNP maintient le cap sur les contrats plus risqués

administrateur

AXA assure que moins de 10 % de ses contrats avec des restaurateurs sont ambigus

administrateur

Commerzbank bascule dans le rouge après avoir quadruplé ses provisions

administrateur

Les Etats-Unis veulent durcir l’accès des sociétés chinoises à Wall Street

administrateur

Banques: l’exposition au risque de marché au plus haut au premier trimestre

administrateur