Image default
Finance

La crise du coronavirus a fragilisé les gérants français


Les gérants français sont à la peine depuis le début de l’année. Alors que le rebond des marchés au deuxième trimestre s’est accompagné d’un retour de l’appétit pour le risque, de nombreux gestionnaires d’actifs français accusent encore une décollecte nette importante à la fin juin en gestion collective de long terme. Une contre-performance notable alors que le secteur affiche une collecte nette positive depuis le début de l’année en Europe, selon des données Morningstar portant sur les fonds ouverts hors monétaires jusqu’à fin juin. Après 148 milliards d’euros de décollecte entre janvier et mars, le secteur a attiré 164 milliards sur les trois mois suivant, dont plus de 60 milliards en juin.

Le leader européen de la gestion et premier gérant d’actifs français, Amundi, a été particulièrement affecté. Il a enregistré près de 9 milliards d’euros de sorties entre janvier et juin sur ses fonds ouverts en Europe, plus que n’importe quel autre gérant. Le gérant apparaît même au sixième rang des plus grandes décollectes au niveau mondial, avec 14,7 milliards de sorties. Ce qui ne l’a pas empêché de dévoiler des encours en hausse, portés par le rebond des marchés.

Un coup dur pour La Française

Un autre grand acteur français de la gestion d’actifs a subi de plein fouet le contrecoup de la crise du coronavirus. Natixis a subi plus de 2 milliards d’euros de sorties en Europe et 14,5 milliards au niveau mondial. Le gérant multi-boutiques est très exposé à l’international grâce à son réseau d’affiliés américains. L’un de ses affiliés stars, H2O, basé à Londres, a par ailleurs enregistré des performances catastrophiques sur certains fonds durant la crise – jusqu’à – 80 % -, ce qui a contribué aux difficultés du groupe depuis le début de l’année.

Au-delà de ces deux acteurs emblématiques, plusieurs acteurs de taille moyenne ont fortement souffert ces derniers mois. La Française en particulier a enregistré près de 4 milliards d’euros de sorties sur ses fonds ouverts européens, soit une chute de 24 % de leurs encours. Un coup dur pour la société de gestion, filiale du groupe Crédit Mutuel Nord Europe.

Les sorties se poursuivent chez Carmignac

Autre victime de la crise, la boutique indépendante Carmignac a essuyé plus de 2 milliards de décollecte entre janvier et mars. La société de gestion de la place Vendôme s’était fait un nom après avoir brillé durant la crise de 2008. Mais depuis quelques années, son étoile pâlit. La société de gestion dirigée par Edouard Carmignac a vu ses encours fondre de plus de 20 milliards depuis la fin 2017, pour atteindre un peu plus de 30 milliards d’euros.

Les grands gagnants de ce premier semestre marqué par la forte volatilité des marchés boursiers sont les mastodontes américains du secteur, en particulier de la gestion indicielle. Les encours des fonds indiciels cotés (ETF) ont de nouveau franchi le seuil des 1.000 milliards d’euros d’encours à la fin juin, selon les données d’ETFGI. En Europe, la filiale de BlackRock spécialisée dans les fonds indiciels cotés (ETF) iShares a attiré plus de 18 milliards d’euros, devant JPMorgan avec 10 milliards. Vanguard, à la cinquième place en Europe, est parvenu au niveau mondial à voler la vedette à son grand concurrent BlackRock. Le spécialiste de la gestion indicielle a collecté 67 milliards, contre 64 pour iShares.

Les gérants suisses et néerlandais ont également enregistré de belles performances en Europe. UBS, ING Group, NN IP, Pictet, Credit Suisse ou encore Vontobel figurent parmi les meilleures collectes du continent sur les six premiers mois de l’année. A noter, en gestion passive, la bonne performance de Xtrackers, filiale de l’allemand DWS, avec des entrées s’élevant à 3,6 milliards d’euros. A l’inverse, le français Lyxor, spécialiste de la gestion indicielle détenu par la Société Générale, a subi près de 2 milliards d’euros de sorties.



Source link

Autres articles

Stéphane Boujnah : « Les marchés voient la pandémie comme temporaire »

administrateur

Mieux valorisé que tout le CAC 40, Apple redevient la première capitalisation mondiale

administrateur

Coronavirus : le sans-contact devient la norme dans le monde pour les paiements par carte

administrateur

Crédit immobilier : la remontée des taux se confirme

administrateur

Eurazeo lance son fonds avec le chinois CIC et BNP Paribas

administrateur

Les commerçants en première ligne après la faillite de Wirecard

administrateur