Image default
Finance

La Fed promet de continuer à soutenir la reprise



Publié le 16 déc. 2020 à 20:52

Une économie résiliente mais encore fragile. La Réserve fédérale a révisé en hausse ses prévisions de croissance pour l’économie américaine : l’activité ne chuterait finalement « que » de 2,4 % cette année, avant de rebondir de 4,2 % l’an prochain, selon la médiane des nouvelles prévisions publiées à l’issue de son comité de politique monétaire, mercredi. En juin dernier, la Fed tablait sur une chute du PIB de 6,5 % cette année et un rebond de 5 % l’an prochain, avant de réviser ses chiffres en septembre, anticipant alors une récession de 3,7 % en 2020 puis une reprise de 4 % en 2021.

La banque centrale américaine ne s’en satisfait pas pour autant. « La crise de santé publique continuera à peser sur l’activité économique, l’emploi et l’inflation à court terme, et fait peser des risques considérables sur les perspectives économiques à moyen terme », note-t-elle dans le communiqué publié à l’issue des deux jours de réunion de son comité.

« Au moins » 120 milliards de dollars

Sans surprise, la Fed a décidé de maintenir ses taux directeurs au niveau fixé au printemps, entre 0 et 0,25 %. Elle a par ailleurs indiqué mercredi qu’elle allait poursuivre ses rachats d’actifs, « au moins » au niveau actuel de 120 milliards de dollars par mois, en liant un changement de cap à une amélioration de ses deux objectifs de plein-emploi et d’inflation.

« La Réserve fédérale continuera à augmenter ses avoirs en titres du Trésor d’au moins 80 milliards de dollars par mois et en titres adossés à des créances hypothécaires d’agences d’au moins 40 milliards de dollars par mois jusqu’à ce que des progrès supplémentaires substantiels aient été accomplis vers les objectifs de plein-emploi et de stabilité des prix », indique ainsi le communiqué de la banque centrale.

A 6,7 % en novembre, le taux de chômage s’améliorerait un peu plus rapidement que prévu lui aussi, à 5 % l’an prochain, mais il ne reviendrait pas au niveau d’avant-crise d’ici 2023, indiquent les prévisions de la banque. Il était en début d’année à un plus bas depuis un demi-siècle, à 3,5 % de la population active.

Les économistes tablaient pour certains sur un allongement de la maturité des achats d’actifs par la Fed, de manière à desserrer la pression sur les taux pour les ménages et les entreprises et ainsi favoriser l’activité.

Mois très difficiles

Après le feu vert de la FDA pour le vaccin Pfizer/BioNTech et celui attendu pour Moderna en fin de semaine, la vaccination a débuté dans le pays. Mais les mois qui viennent s’annoncent très difficiles pour une partie de l’économie . Un à un, les gouverneurs annoncent ou promettent de nouvelles restrictions de circulation et d’activités pour tenter d’endiguer l’épidémie, menaçant les secteurs des services – tourisme, transport, hôtellerie…- déjà à la peine.

Après des mois de discussions avortées, le Congrès est sur le point de parvenir à un accord pour un nouveau plan d’aide aux ménages et aux entreprises. Face à l’expiration des allocations-chômage et des moratoires sur les expulsions en fin d’année, les parlementaires sont prêts ont mis de côté leurs différends et s’apprêtent à accorder une nouvelle aide directe aux ménages.

La vague de contaminations est particulièrement violente aux Etats-Unis : près de deux fois plus de personnes (110.000) sont hospitalisées qu’aux pics d’avril et de juillet, et le pays enregistre actuellement une moyenne de 2.500 décès quotidiens. Le cap des 300.000 morts du Covid-19 a été passé en début de semaine.

Les ventes au détail ont baissé de 1,1 % en novembre par rapport à octobre, dont le chiffre a par ailleurs été révisé en baisse, a indiqué jeudi le département du Commerce. Le dernier indicateur WEI de la Réserve fédérale de New York, qui synthétise des données en temps réel pour mesurer au plus près l’état de l’économie américaine, a aussi enregistré une nette baisse.



Source link

Autres articles

Lagardère souffle le chaud et le froid

administrateur

Les restructurations de dette explosent dans le monde

administrateur

Benoît Ribadeau-Dumas va prendre le relais de Denis Kessler chez SCOR

administrateur

Amundi, la success story de la gestion d’actifs européenne

administrateur

Les conditions de crédit se sont durcies depuis le début de l’année en Europe

administrateur

La deuxième vague de Covid-19 menace la reprise des métaux industriels

administrateur