Image default
Finance

La Fed ratisse large pour ses achats de dette d’entreprise



La Fed ne compte pas faire la fine bouche pour ses achats d’actifs. La banque centrale américaine a commencé mardi à racheter sur les marchés secondaires des obligations d’entreprises. Alors que les investisseurs craignaient ces dernières semaines de voir la Réserve fédérale imposer des conditions d’éligibilités strictes, elle a finalement décidé de diversifier largement les titres éligibles à ce programme de 250 milliards de dollars.

Les dernières précisions de la Fed sur ses achats de dette d’entreprise ont eu un effet significatif sur les conditions de financement aux Etats-Unis comme en Europe : elles ont fait grimper les prix des dettes d’entreprises des deux côtés de l’Atlantique. Dit autrement, les coûts d’emprunt ont baissé. Plus d’une quinzaine d’entreprises devaient dès lors émettre des obligations en Europe mardi, après une journée sans aucune opération de marché. En mars, le marché avait déjà applaudi les premières annonces de la Réserve fédérale , bien avant qu’elle ne commence réellement à acheter des actifs.

Indice boursier spécifique

Pour limiter les restrictions sur ses achats d’actifs, la Fed a mis au point son propre indice , le Broad Market Index. L’ensemble des obligations d’entreprises américaines non bancaires suffisamment bien notées par les agences de notation au 22 mars, veille de l’annonce du programme, sont intégrées à cet indice. Le poids de chacune des entreprises incluses dans l’indice est déterminé par son volume d’obligations sur le marché au cours de l’année précédente, d’une maturité résiduelle de 5 ans ou moins. Mais surtout, et contrairement à ce qui avait été annoncé précédemment pour les autres achats de dette d’entreprises, ces dernières n’auront pas à obtenir de certification prouvant leur éligibilité au programme.

Fonds indiciels cotés

L’approche indicielle retenue par la Fed pour ce programme d’achats d’actifs est la grande spécialité du géant américain BlackRock, qui conseille la banque centrale sur ces programmes. La Réserve fédérale a par ailleurs déjà acheté pour 5,5 milliards de dollars de fonds indiciels cotés (ETF) suivant la dette d’entreprise au cours du mois dernier dans le cadre de ce programme d’achats d’actifs. A la fin mai, l’ETF iShares iBoxx Investment Grade de BlackRock représentait plus de 25 % des achats de la Fed, devant deux fonds indiciels de Vanguard.

BlackRock a déjà annoncé renoncer à ses frais de gestion sur les encours détenus par la banque centrale dans le cadre de ce programme. La société de gestion peut se le permettre : depuis que la Fed a indiqué vouloir acheter des fonds indiciels cotés, les investisseurs se sont précipités sur son principal ETF ciblant la dette d’entreprise, LQD , et sur la dette d’entreprise elle-même. Il est ainsi passé de 28 milliards de dollars d’encours à plus de 52 milliards, retrouvant ses plus hauts historiques.



Source link

Autres articles

Ménages en difficulté : la limitation des frais bancaires arrivera plus vite

administrateur

Coronavirus : l’appétit phénoménal des investisseurs pour l’or

administrateur

Relance: l’Etat débloque 20 milliards d’euros pour l’affacturage

administrateur

Kodak dans le viseur du gendarme boursier américain

administrateur

Cloud bancaire : les banques européennes avancent leurs pions

administrateur

Les destins contrastés des banques d’investissement françaises

administrateur