Image default
Finance

La montée des tensions sino-américaine fait reculer les Bourses européennes



Publié le 24 juil. 2020 à 11h39Mis à jour le 24 juil. 2020 à 12h19

La montée des tensions internationales fait flancher les marchés actions. Ce vendredi, les places financières mondiales sont en net repli. En cause notamment, le thermomètre qui s’échauffe entre la Chine et les Etats-Unis ainsi que de mauvais signaux économiques dus à la persistance du virus outre-atlantique.

En fin de matinée, le CAC 40 est en repli de près de 1,6 % et évolue légèrement sous la barre des 5.000 points. Le scénario est le même au Royaume-Uni où le FTSE recule de 1,6 %, ainsi qu’en Allemagne où le DAX lâche 1,8 %. Les places boursières asiatiques ont été plus durement touchées : à la clôture, l’indice composite Hang Seng, à Hong Kong, affichait un repli de 2,19 % à 24.719,81 points tandis que Chine continentale, la Bourse de Shanghai a plongé de 3,9 % et celle de Shenzhen de 5 % exactement.

Derrière ces baisses se trouve notamment l’escalade des tensions entre Pékin et Washington. La chute des cours de Bourses s’est accélérée à l’annonce de la fermeture, ordonnée par Pékin, du consulat des Etats-Unis dans la grande ville de Chengdu. Une mesure de rétorsion face à la décision américaine de fermer le consulat chinois à Houston, dans le sud des Etats-Unis. Selon Wachington, il s’agissait d’une « plaque tournante » de l’espionnage chinois.

Mauvais chiffres du chômage américain

Par ailleurs, jeudi, les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont progressé pour la première fois depuis leur lente décrue entamée début avril aux Etats-Unis. « De nouvelles augmentations d’inscriptions hebdomadaires au chômage dans les deux à trois semaines prochaines […] jetteraient à nouveau une ombre sur le scénario très optimiste d’une reprise en V », à savoir un redressement aussi vif de l’économie que la contraction a été brutale, selon Michael Hewson, analyste pour CMC Markets, cité par l’AFP. En cause notamment, la persistance du virus aux Etats-Unis, alors que plus d’un cas sur deux se situe aujourd’hui sur le continent américain.

Les Bourses américaines, en repli de 1,2 % en moyenne jeudi, pourraient bien dévisser à nouveau aujourd’hui et entraîner les marchés européens dans leur sillage à la mi-séance. Les «futures» tendent d’ores et déjà vers un repli à l’ouverture de 0,7 % pour le S&P 500 et le Dow Jones. La chute du Nasdaq pourrait être plus tranchée. Les GAFAM ont plus durement accusé le coup des tensions entre la Chine et les Etats-Unis. Apple a perdu jusqu’à 5 %. Il faut dire que les valeurs technologiques caracolent à des sommets en ce moment. Certains analystes craignant même la formation d’une bulle.



Source link

Autres articles

Relance: l’Etat débloque 20 milliards d’euros pour l’affacturage

administrateur

Encore en pertes, Natixis change de patron

administrateur

Gestion : les frais dans le viseur du gendarme des marchés

administrateur

Entreprises en difficulté: les risques du prêt garanti

administrateur

L’onde de chocs du scandale Wirecard

administrateur

Climat : la finance peine à appliquer des politiques de groupe cohérentes

administrateur