Image default
Economie

la réouverture des bars et restaurants se fera-t-elle avec des terrasses XXL ?


En ce premier week-end de déconfinement, beaucoup attendent désormais avec impatience la réouverture des bars et restaurants. En zone verte, les Français devraient (enfin) pouvoir profiter des terrasses à partir du 2 juin. Mais les règles de distanciation sociale posent la question de l’aménagement même de ces établissements. En principe, c’est une personne pour 4 m2 et pas plus de 10 personnes dans une salle, selon le protocole national de déconfinement.

Déjà lourdement impactés par plus de deux mois de fermeture, les professionnels du secteur dénoncent des mesures impossibles à tenir et qui ne favorisent pas le redémarrage de leur activité. « Nous refusons toute réouverture de nos établissements avec la contrainte de distanciation de 4 m2 par personne. Nous travaillons à des solutions afin que la santé des clients et des salariés soit assurée sans que la capacité d’accueil de nos établissements soit ainsi divisée par 4 », écrivait le 15 mai le GNI (groupement national des indépendants hôtellerie et restauration) dans un communiqué.

En Allemagne, après deux mois de fermeture, certains cafés et restaurants ont été autorisés à rouvrir en début de semaine. Pour faire respecter la distanciation physique, l’un d’entre eux a trouvé une astuce en équipant ses clients de … « chapeaux-frites ».

Sur les places de stationnement ou dans des rues fermées à la circulation

Plus sérieusement, en France, plusieurs grandes villes envisagent de permettre aux bistrotiers, restaurateurs et cafetiers, d’étendre leur terrasse sur l’espace public. Pour rappel, ce sont les mairies qui fixent les règles, sur leur territoire, en matière d’occupation de la voie publique. À Paris, la maire PS Anne Hidalgo a promis qu’elle autoriserait à ceux qui en font la demande d’agrandir «gratuitement» leur terrasse : soit en empiétant sur les places de stationnement, soit en fermant à la circulation des rues entières, «le temps d’un week-end».

Ces mesures dérogatoires seraient toutefois temporaires. « Il s’agit d’une mesure d’urgence éphémère, en aucun cas d’une transformation durable ni d’une privatisation de l’espace public ; les installations devront être les plus légères possible », prévient Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’urbanisme à Paris, cité dans le JDD.

La métropole lyonnaise envisage de faire de même. Dans son plan de déconfinement, l’agglomération gouvernée par Gérard Collomb souhaite inciter les communes « à exonérer les cafés, bars et restaurants des droits d’occupation du domaine public pour leurs terrasses et permettre quand cela est possible une emprise plus large de la terrasse ».

À Nantes ou encore à Toulouse, les cafés et restaurants plaident eux aussi pour un élargissement des terrasses afin de compenser les pertes financières liées au confinement. Les mairies ne se sont pas encore officiellement prononcées sur ce sujet.

Mais après deux mois de calme exceptionnel dans les villes, cette extension des terrasses ne sera pas sans poser un problème de nuisances sonores. Les associations de riverains pourraient faire entendre leur voix.



Source link

Autres articles

Le coronavirus donne le coup de grâce à l’A380

administrateur

Amazon maintient ses entrepôts français fermés

administrateur

Musk se met en colère sur Twitter et menace de quitter la Californie

administrateur

à quoi ressemblera la plateforme de La Poste annoncée par Philippe ?

administrateur

Pour une relance efficace, fléchons les dépenses de consommation

administrateur

Air Liquide résiste à la pandémie mondiale de Covid-19

administrateur