Image default
Economie

Le Figaro a testé pour vous l’application StopCovid, disponible à partir d’aujourdhui


Mardi midi, l’application StopCovid est disponible dans les magasins d’applications d’Apple et Google. Elle peut donc être installée sur tous les iPhone (Apple) et tous les smartphones équipés d’Android (Google). La démarche n’a rien d’obligatoire, le gouvernement a bien insisté sur son caractère volontaire, alors que StopCovid a déjà fait couler beaucoup d’encre. Le principal sujet de préoccupation est le respect de la vie privée.

Comme souvent, un petit nombre de personnes, dont l’auteur de ces lignes fait partie, a pu tester l’application avant son lancement officiel dans une version «bêta», très proche du résultat final. L’installation de l’application est très simple, elle fonctionne comme les autres. Il faut aller dans l’AppStore ou le Play Store, chercher StopCovid et lancer l’installation. Mais attention, il faut bien veiller à installer la bonne application, celle du gouvernement français. Et non pas Stop Covid19 CAT qui est celle du gouvernement catalan (à moins que vous n’habitiez en Catalogne…). Attention aussi aux autres applications qui peuvent comporter le mot Covid. Les risques de fraude sont réels, même si aucun cas avéré n’a encore été dénoncé.

Identifiants anonymes et chiffrés

Une fois l’application installée, il suffit d’accepter les conditions d’utilisation. L’occasion de rappeler que l’application n’a besoin que du Bluetooth pour fonctionner. Elle n’accède pas aux contacts du téléphone, elle ne géolocalise pas ses utilisateurs, contrairement à de nombreuses et fausses accusations qui circulent. Une fois les conditions d’utilisation acceptées, l’écran final s’affiche. La mention «Activé» est en haut à gauche et au milieu de l’écran, un bouton «Je désactive StopCovid», pour ceux qui le souhaitent. La facilité de désinstaller l’application fait partie des conditions imposées par la Commission nationale informatique et liberté (Cnil).

Ensuite? Eh bien rien. Il n’y a plus rien à faire, si ce n’est avoir son smartphone sur soi pendant ses déplacements. La batterie de mon iPhone n’a pas été endommagée par cet essai. Néanmoins, le test de StopCovid en période d’essai de l’application est assez frustrant, on rencontre peu d’utilisateurs du même service, et donc peu d’occasions de mesurer l’impact de l’utilisation du Bluetooth dans ce cas précis sur l’autonomie de la batterie! C’est aussi rassurant, puisque pendant cette courte et limitée période de test, cela signifie que je n’ai croisé aucune personne qui aurait été testée positive au Covid-19 après notre rencontre. Le principe de l’application étant d’avertir ses utilisateurs qu’ils ont été en présence au cours des quatorze derniers jours, pendant plus de 15 minutes et à moins d’un mètre, d’un individu qui, par la suite, a été testé positif.

Comment cela se passe pour les personnes malades? Celles-ci reçoivent avec le résultat de leur test médical, un code et un QR Code qui leur permettent de se déclarer malade sur l’application, si elles le souhaitent. Leurs «contacts» (comprendre les personnes croisées et non pas le contenu de leur carnet d’adresses) sont alors avertis par un message, avec la procédure à suivre (test, isolement …). L’idée étant bien de casser une éventuelle chaîne de contamination. En aucun cas, les identités des utilisateurs ne sont divulguées. Les données qui sont échangées sont des identifiants anonymes et chiffrés, de façon à ne pas pouvoir être attribuées à une personne donnée. Les données sont conservées sur un serveur et détruites au bout de quatorze jours. Et quand l’état d’urgence sanitaire sera levé, l’application sera stoppée!



Source link

Autres articles

«Le retour à la vie sociale modifie les comportements d’achat»

administrateur

Mauvais coups et promesses rompues au sein de la French Tech

administrateur

L’économie française a détruit un demi-million d’emplois au premier trimestre 2020

administrateur

Sans perspective d’ouverture, les salles de spectacle misent sur le streaming

administrateur

En colère, des livreurs sans-papiers manifestent devant des locaux parisiens de Frichti

administrateur

à quoi faut-il s’attendre à partir du 10 juillet?

administrateur