Image default
Finance

Le forum WallStreetBets pèse aussi sur les petites valeurs américaines



Publié le 19 févr. 2021 à 14:00

Lors de son audition devant la Chambre des représentants, jeudi, Gabriel Plotkin le fondateur du hedge fund Melvin capital n’a pas décoléré. « En janvier, un groupe de Reddit commença à publier des informations sur nos investissements et encouragea ses membres à prendre des paris opposés. Beaucoup de commentaires prirent une connotation antisémite à mon égard tels que la nécessité de créer « un deuxième holocauste » ».

Son hedge fund, qui était vendeur à découvert sur GameStop depuis 6 ans, a subi des pertes face à la poussée spéculative du titre de 17 à 483 dollars en janvier, alimentée par le site communautaire Reddit. Tout son portefeuille a été impacté. « Nous avons dû réduire nos positions à la fois acheteuses et vendeuses à découvert et subir des pertes à cause des commentaires publiés sur nos investissements sur Reddit », peste aujourd’hui le gérant.

Ennemis de mes ennemis

Les ennemis de mes ennemis sont mes amis. Forts de cet adage, les boursicoteurs de l’ère du COVID-19 ont uni leurs forces face aux hedge funds et vendeurs à découvert, rêvant non seulement de faire fortune rapidement mais aussi de leur donner une leçon.

C’est depuis la section consacrée aux « paris de Wall Street » (WallStreetBets) du site communautaire Reddit qu’ils ont mené leurs raids face. Cette section a connu un engouement continu (publication de contenus et commentaires) depuis sa création en 2012 avec une très nette accélération de sa notoriété en 2020. Elle a dépassé le million d’abonnés en mars, lors de la tempête sur les marchés financiers mondiaux provoquée par la pandémie.

Comportements moutonniers

La tonalité positive ou négative d’une discussion à l’égard d’une action influence l’opinion des utilisateurs du réseau communautaire, selon une étude de l’université d’Oxford qui a analysé le contenu de WallStreetBets entre 2013 et 2020. Un petit nombre de titres concentre le plus grand nombre de commentaires, analyses et discussions. De même, c’est une poignée d’abonnés de WSB (moins de 10 % des utilisateurs) qui produit l’essentiel des contenus et commentaires.

Ces gourous de l’ombre 2.0 tentent de convaincre le plus grand nombre d’acheter ou vendre des titres donnés, et de manipuler les cours, selon leurs détracteurs. Un individu qui fait un commentaire sur une action a quatre fois plus de chance de commencer ensuite une nouvelle discussion sur ce même titre. Cela démultiplie le « buzz » , bon ou mauvais, sur une action. Plus un titre est commenté, plus il suscite d’intérêt de la part des autres et donc des achats quand la tonalité des discussions est favorable.

Volatilité et contagion

La plupart des actions américaines sont mentionnées moins de 5 fois sur une période de 7 ans, alors qu’un nombre restreint l’est des milliers de fois. Les actions les plus débattues sont des groupes comme Tesla, Apple et Amazon. Cette concentration permet aux spéculateurs individuels de coordonner leurs achats et de faire parfois trembler les vendeurs à découvert qui eux parient sur la chute d’un titre. La section des paris de Wall Street encourage en effet les comportements moutonniers et accroît la volatilité. Ses membres sont en effet attirés par les actions risquées et volatiles, dans l’espoir de rendement élevé. ​Le réseau communautaire a notamment une influence notable sur les cours des petites valeurs américaines . Selon le magazine Forbes, les prochains achats massifs des particuliers pourraient être concentrés sur les valeurs de l’énergie, ciblés par certains vendeurs à découvert. Une nouvelle saga GameStop avec ses « bons » et ses « méchants ».



Source link

Autres articles

Le bitcoin et cryptos réussissent le « stress test » du coronavirus

administrateur

Les « colombes » ont fait leur nid à la BCE

administrateur

Santé : les assureurs alertent sur la bombe à retardement du chômage

administrateur

Le fonds souverain norvégien plaide pour un capitalisme financier plus éthique et transparent

administrateur

La société de gestion La Française se cherche un avenir au sein du Crédit Mutuel

administrateur

Devises : les traders haute fréquence attaquent la chasse gardée des banques

administrateur