Image default
Finance

Le géant Cargill s’apprête à commercialiser des masques anti-méthane pour vaches



Un geste barrière contre les gaz à effet de serre. Le géant de l’agroalimentaire et du négoce de matières premières agricoles Cargill s’apprête à vendre des masques qui absorbent le méthane renvoyé par les vaches, permettant ainsi de réduire l’impact climatique de l’élevage de ruminants et de la production de lait.

Les masques développés par la start-up britannique Zelp promettent de capter la moitié des rejets de méthane , un gaz au pouvoir réchauffant 20 à 30 fois supérieur à celui du CO2. Cargill compte en commencer la commercialisation auprès d’éleveurs européens en 2022, sous forme d’abonnements à environ 80 dollars par an.

Réduire les émissions de méthane issues de la digestion du bétail est l’une des priorités climatiques pour les éleveurs et les sociétés de l’agroalimentaire, sous pression pour décarboner l’ensemble de leur chaîne de production. L’immense majorité du méthane des vaches est rejetée par le nez. Le masque de Zelp est donc placé juste au-dessus et agit comme un catalyseur de pot d’échappement . Des petits ventilateurs alimentés par des batteries solaires aspirent les rots des vaches et les piègent dans un filtre qui absorbe le méthane. Une fois le filtre saturé, une réaction chimique transforme le méthane en CO2, bien moins nocif pour le climat, avant de le libérer.

Association des technologies

Avec Cargill, la jeune pousse a accès à la vaste base de clients du négociant en Europe. De son côté, le géant américain profite de cette technologie qui présente l’avantage de pouvoir être associée à d’autres innovations. Des fournisseurs de nourriture animale testent par exemple des additifs qui inhibent la production dans l’estomac de certaines bactéries à l’origine des rejets de méthane. Avec le masque de Zelp, qui fournit de surcroît des données en temps réel, les deux technologies peuvent être combinées. L’efficacité du masque doit encore être certifiée de manière indépendante, ce qui devrait se faire au quatrième trimestre.

L’adoption par les éleveurs – souvent sous pression financière – n’est pas acquise, mais Cargill estime que les agriculteurs vont être incités à y souscrire, soit par le biais de subventions, soit par les primes payées pour du lait décarboné, soit en réalisant des économies de compensation carbone. La société de négoce basé à Minneapolis s’est engagée à réduire de 30 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 sur l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement.



Source link

Autres articles

SCOR : interrogations après le nouveau coup de théâtre sur la gouvernance

administrateur

2020, l’année extraordinaire du CAC 40

administrateur

Bpifrance vient renforcer le groupe audiovisuel de Niel, Pigasse et Capton

administrateur

La fièvre des introductions en Bourse s’empare du Brésil

administrateur

Eramet : la décision sur le sort de la PDG Christel Bories reportée à fin mars

administrateur

Présidentielle américaine : Trump aura mis l’indépendance de la Fed à rude épreuve

administrateur