Image default
Economie

Le groupe Casino se lance dans les boutiques automatisées


Des courses en moins d’une minute, 24h sur 24, 7 jours sur 7. C’est la promesse des «Blackbox», les Monop’ en «boîtes» entièrement automatisés du groupe Casino. La première, lancée au mois d’août dans l’enceinte du siège de Monoprix (à Clichy) est une version expérimentale, testée par les salariés de la société. Un moyen «d’obtenir un retour rapide sur la fluidité de parcours avant de rendre les “box” accessibles au grand public», indique Olivier Rego directeur des enseignes Monop’. Car ce test est la première étape avant l’ouverture d’une dizaine de «Blackbox» d’ici 2 ans, en France.

Ces boutiques autonomes sont les premières du genre dans l’Hexagone. «D’autres offres similaires existent mais nous sommes les seuls à proposer une expérience d’achat où l’on n’a pas besoin de télécharger une application ou avoir une carte de fidélité. Il suffit d’utiliser sa carte bleue pour entrer et faire ses courses», précise le directeur. Les portes du magasin s’ouvrent en effet sur présentation d’une carte de paiement ou de son smartphone, si l’on utilise Apple ou Google Pay. Dès lors, il suffit de se servir et de repartir comme on est venu. Un système de pesée inventorie les articles en temps réel. «Si le panier est inférieur à 30€, le client est débité automatiquement. Pour un panier supérieur à cette somme, le règlement s’effectue sur une borne à l’intérieur de la boutique (il déclenche l’ouverture des portes, NDLR). Le consommateur peut aussi, s’il le souhaite, renseigner son email pour recevoir son ticket de caisse», poursuit-il.

La «Box» de Clichy propose plus de 300 références de «dépannage», divisées également entre «la petite restauration (sandwich, etc.), le dépannage alimentaire (pâtes, condiments, etc.) et non alimentaire (produits d’hygiène, de voyage, etc.). Cette offre pourra varier en fonction des besoins spécifiques liés à l’emplacement», détaille Olivier Rego. En revanche, un seul moyen de paiement ne peut être reconnu à la fois. Plusieurs clients ne peuvent donc pas faire leurs courses en même temps.

Ouverture de 10 magasins d’ici à deux ans

La box expérimentale de Clichy sera déplacée «d’ici la fin de l’année dans une zone de flux accessible au grand public». Le groupe ne souhaite pas encore dévoiler l’emplacement.

Quant à celles qui suivront, elles «seront satellitaires d’un autre magasin afin de faciliter l’approvisionnement». Ces supermarchés futuristes permettront également aux «Monop’» de s’établir dans de nouveaux lieux, jusqu’alors inaccessibles. «Nous avons besoin de 15m2 pour installer une “Blackbox”, contre 150 à 200 m2 pour un Monop’ classique. Nous pourrons ainsi nous implanter dans des surfaces non exploitables avec des boutiques traditionnelles, comme des hôtels ou des parkings. Des discussions sont en cours avec des acteurs comme des aéroports, des établissements hospitaliers et des sièges d’entreprises», indique le directeur général de Monop’.

Avec cette technologie, Casino s’épargne les charges salariales liées au personnel de caisse et réduit considérablement le coût de son loyer. Pourtant, d’après le groupe, le modèle n’est pas plus rentable que celui des magasins traditionnels. «Le panier moyen des ”BlackBox” est de 6 à 9 euros. Le chiffre d’affaires est donc bien moins élevé que dans un Monop’ classique. Mais il faut bien comprendre que ce projet n’a pas été imaginé pour des raisons économiques ou de rentabilité. Nous chercherons avant tout à répondre à un vrai besoin des clients», avance Olivier Rego.

Le projet «lancé plus de 6 mois avant la pandémie» tombe à point nommé en pleine crise sanitaire. Casino envisage d’exploiter les «Box» avec d’autres boutiques du groupe et d’exporter le concept chez d’autres enseignes.



Source link

Autres articles

avec la crise, les Français privilégient l’alimentation et délaissent l’habillement

administrateur

«Les contraintes de pouvoir d’achat vont s’imposer à tous les distributeurs»

administrateur

Comment mener à bien votre négociation immobilière ?

administrateur

Des formations accélérées pour pallier la pénurie de personnel dans les Ehpad

administrateur

indignation unanime de l’exécutif et des politiques

administrateur

atterrés, les restaurateurs dénoncent leur «sacrifice»

administrateur