Image default
Economie

Le pass sanitaire européen franchit une étape clé devant les eurodéputés


L’objectif est d’établir un cadre commun, alors que plusieurs pays ont déjà commencé à mettre en place leur propre dispositif.

Les eurodéputés se sont prononcés en faveur d’un certificat sanitaire européen pour permettre les voyages dans l’UE, mais ont introduit des amendements au texte proposé qui augurent de négociations ardues avant l’adoption du dispositif que Bruxelles souhaite opérationnel avant fin juin.

Le Parlement européen a adopté sa position par 540 voix, contre 119, et 31 abstentions pour un «certificat européen Covid-19», selon les résultats annoncés jeudi. Le texte va désormais faire l’objet de discussions avec le Conseil, institution représentant les Etats membres.

Ce dispositif doit permettre aux Européens d’attester qu’ils ont été vaccinés contre le Covid-19, qu’ils ont passé un test PCR ou antigénique rapide qui s’est avéré négatif, ou encore qu’ils sont immunisés après avoir été infectés. Il s’agit d’établir un cadre commun, alors que plusieurs pays ont déjà commencé à mettre en place des pass sanitaires.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a salué ce vote comme une «étape clé». «Nous soutiendrons et faciliterons une conclusion rapide de ces discussions», a-t-elle tweeté. «Si nous continuons sur notre lancée, je suis convaincu que nous pourrons sauver l’été», a affirmé le commissaire Didier Reynders, en charge du dossier.

«Il ne doit pas y avoir de restriction supplémentaire»

Mais reste à surmonter des divergences avec les Etats membres. Pour le Parlement européen, les pays de l’UE ne devraient pouvoir imposer aucune mesure de restriction supplémentaire -comme une quarantaine- à l’entrée sur leur sol aux détenteurs d’un tel certificat, tandis que les Etats membres veulent se réserver cette possibilité qui relève de leur compétence.

«Il ne doit pas y avoir de restriction supplémentaire, le certificat doit suffire», a déclaré l’eurodéputé espagnol Juan Fernando Lopez Aguilar (Socialistes&Démocrates), président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, lors d’un débat mercredi.

«Quel est l’intérêt d’avoir une réglementation commune si les Etats membres peuvent (…) ignorer le certificat et imposer des restrictions supplémentaires?» a lancé l’eurodéputée néerlandaise Sophie in’t Veld (Renew Europe, centristes et libéraux).

Demande de tests gratuits

Un diplomate européen a estimé que le Parlement européen jouait «un jeu dangereux» et que sa position devrait «évoluer». «L’idée de lever les mesures de quarantaine en cas de test Covid négatif (…) rendra la lutte contre la pandémie plus difficile», a-t-il jugé.

Les eurodéputés réclament aussi que, comme les vaccins et les certificats, les tests soient gratuits. Ils le sont déjà dans certains pays, notamment en France, mais dans quelques Etats membres les coûts «sont prohibitifs», avait souligné M. Lopez Aguilar.

Les eurodéputés veulent par ailleurs que seuls les vaccins reconnus par l’Agence européenne des médicaments (EMA) soient pris en compte par ce dispositif, ou un vaccin homologué par l’OMS dans le cadre d’une procédure d’urgence. Actuellement quatre vaccins sont autorisés dans l’UE: Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson&Johnson.

Selon la Commission, des discussions sont en cours avec les États-Unis pour une reconnaissance mutuelle des certificats sanitaires afin de permettre une reprise du tourisme de part et d’autre de l’Atlantique.



Source link

Autres articles

Apple unit les iPhones et les Mac avec une nouvelle puce

administrateur

comment va se dérouler la vaccination en entreprise à partir du 25 février ?

administrateur

Gitanjali Rao, l’inventrice de 15 ans désignée “enfant de l’année” par le “Time”

administrateur

Plus de 100 économistes appellent à annuler les dettes publiques détenues par la BCE

administrateur

À Lisbonne, la mairie peut vous interdire de louer votre logement sur Airbnb

administrateur

indignation unanime de l’exécutif et des politiques

administrateur