Image default
Economie

le point sur les annonces de Jean Castex ce soir


Le reconfinement doit prendre fin le 1er décembre, mais nombreuses sont les questions que se posent les Français ce jeudi avant la conférence de presse du premier ministre Jean Castex qui se tient à 18 heures, quinze jours après l’annonce du deuxième confinement par Emmanuel Macron.

Durant cette conférence de presse, le locataire de Matignon devrait être entouré, selon nos informations, du ministre de la Santé Olivier Véran, du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, du ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ainsi que de la ministre du Travail Élisabeth Borne. Quelques points, demeurant encore en suspens, devaient être tranchés dans la journée à l’issue du Conseil de défense qui se tient actuellement à l’Élysée.

  • Un renforcement des contrôles pour faire mieux respecter le confinement

Tenir bon jusqu’au bout. Tel sera le message de l’exécutif ce soir aux Français. Particulièrement à ceux qui ne respecteraient pas totalement le confinement. Selon un sondage Ifop pour Consolab, plus de la moitié des Français ont transgressé les règles du confinement mis en place le 30 octobre.

Aucun assouplissement des mesures sanitaires ne devrait ainsi être annoncé ce soir. En début de semaine, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, réclamait, dans une lettre adressée aux préfets, un renforcement des contrôles par les forces de l’ordre.

Outre l’annonce d’une surveillance et d’un contrôle renforcés dans les grandes villes, l’heure sera également à un bilan pédagogique des quinze premiers jours du deuxième confinement. Le ministre de la Santé dévoilera les derniers chiffres, plutôt encourageants, de la seconde vague de l’épidémie du Covid-19 en France. L’exécutif dressera également un bilan sur la situation du télétravail pratiquée par les entreprises et des dernières données sur les transports.

  • La fermeture des collèges et lycées finalement écartée

Le durcissement du protocole sanitaire dans les établissements scolaires fait partie de la «palette» de l’exécutif pour ajuster le confinement. En début de semaine, le premier ministre hésitait ainsi à annoncer de nouvelles contraintes. Comme l’a révélé Le Figaro , la fermeture des lycées ainsi que certains niveaux de collège (quatrième et troisième) était à l’étude. Toutefois, le gouvernement tient absolument à tenir sa ligne sur l’ouverture des écoles.

Jean Castex a répété devant l’Assemblée nationale mardi que le confinement des élèves avait des conséquences extrêmement négatives pour l’enseignement. Jeudi soir, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer devrait s’exprimer sur le dispositif dans les écoles, cible de critiques des enseignants et de certains élèves. La veille du conseil de défense, l’adoption de nouvelles règles restrictives semblait toutefois écartée.

  • Les commerces non essentiels devraient rester fermés

Cela fait deux semaines que les commerces ne vendant pas de produits jugés essentiels pour la poursuite de l’activité économique, nécessaires pour le transport, le télétravail ou encore l’alimentation des Français, sont contraints à la fermeture.

À Bercy, Bruno Le Maire plaidait depuis quelques jours en faveur de la réouverture prochaine de ces commerces avec un protocole sanitaire renforcé. Plusieurs propositions ont été formulées par les Fédérations de Commerce, telle qu’une jauge renforcée (elle est aujourd’hui de 4 mètres carrés par client), des prises de rendez-vous dans les commerces, des comptoirs de vente en extérieur ou encore des horaires d’ouverture élargis.

Cependant, aucune annonce en ce sens ne devrait être faite ce soir. Les commerces «non essentiels» devraient rester fermés jusqu’à nouvel ordre pour «freiner la propagation du virus», selon nos informations. Et ce malgré les demandes pressantes des commerçants, anxieux et bientôt dépassés par leur stock à l’approche des fêtes de fin d’année et de la clôture des comptes du 31 décembre.

Fin octobre, Emmanuel Macron avait indiqué «espérer rouvrir certains commerces» dès cette semaine. Si Bruno Le Maire a certifié ce matin sur BFM Business qu’aucune décision n’avait encore été prise, l’arbitrage devrait finalement bien se faire du côté de la santé. Il ne devrait également pas encore avoir de visibilité claire sur le jour de leur réouverture.

  • Un point sur les aides financières aux commerces fermés

Enfin, Bruno Le Maire devrait faire un point sur les aides publiques disponibles pour les commerçants et artisans. L’un des dossiers les plus délicats encore à trancher pour Bercy concerne les loyaux commerciaux. Pour soutenir les petits commerces, Bruno Le Maire souhaite affûter le dispositif fiscal mis en place pour inciter les bailleurs à réduire leur charge. Les propriétaires bénéficient actuellement d’un crédit d’impôt s’ils acceptent de renoncer à un mois de loyer sur la période d’octobre, novembre et décembre. Cet avantage fiscal, qui représente 30% du montant du loyer mensuel, pourrait être porté à 50%.

Bruno Le Maire devait aussi soutenir, en Conseil de défense, l’instauration de nouvelles aides pour s’attaquer au problème des stocks dans les commerces de proximité frappés par la fermeture.



Source link

Autres articles

Les assureurs ne veulent pas porter (seuls) le fardeau de la pandémie

administrateur

Comment les banques alimentaires se sont adaptées au Covid-19 pour organiser leur collecte nationale

administrateur

Le casse-tête de la reprise du travail après le 11 mai

administrateur

les thermomètres sont devenus une denrée rare en France

administrateur

Saint-Malo lutte contre Airbnb pour ne pas devenir un parc d’attractions

administrateur

dans un climat de défiance, la France lance enfin les enchères

administrateur