Image default
Economie

Le roi des vidéos culinaires Chef Club investit les rayons des grandes surfaces


La start-up qui s’est fait connaître avec des vidéos funs de cuisine lance chez Géant Casino ses propres glaces et épices. Objectif: réaliser la moitié de son chiffre d’affaires avec ses marques propres.

Du fromage, du jambon, lardons, des pâtes feuilletées, des œufs et surtout une bonne dose d’imagination pour créer en deux temps trois mouvements des recettes ludiques, le plus souvent à partager. Qui n’a pas aperçu au moins une fois les vidéos de Chef Club qui inondent les plateformes vidéos et réseaux sociaux depuis deux ou trois ans? Avec plus de deux milliards de vues partout dans le monde chaque mois, la société, qui a atteint les 15 millions d’euros de chiffre d’affaires à peine 5 ans après sa création par trois frères à Paris, ne manque pas d’idées.

Après s’être fait connaître pour ses contenus médias autour de la cuisine, Chef Club veut ainsi rentrer dans les congélateurs des Français. Comment? En mettant pour la première fois un pied en grande distribution, avec le lancement de glaces à sa marque, Chef Club. Au menu, les cinq parfums préférés des Français: chocolat, vanille, caramel, coco et fraise.

Capitaliser sur l’audience

Sous-traités à un fabricant francilien situé à une cinquantaine de kilomètres de Paris, ces pots jouent sur la simplicité, le côté local et responsable avec du chocolat équitable ou des œufs issus de poules en plein air. Mais plus qu’une révolution des assiettes, le groupe veut capitaliser sur son énorme audience qui la classe en tête des sites de cuisine. «Nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait pas de raison que l’on fasse de la publicité gratuitement à une marque, appuie Thomas Lang, patron cofondateur de Chef Club. Après avoir mis des glaces à notre nom dans nos vidéos, les gens qui nous suivent nous ont demandés où l’on pouvait les trouver. Donc nous nous sommes lancés».

Ces pots seront ainsi d’ici une semaine dans 600 hypermarchés Géant Casino. Devrait suivre une gamme d’épices dès cette année. Puis, dans les deux prochaines années, des pâtes à tartiner, des aides pâtisseries ou des sauces. «D’ici 2023, nous espérons générer la moitié de notre chiffre d’affaires avec la vente de produits agroalimentaires, à côté de nos revenus issus de la publicité (celle qui précède les vidéos sur lesquelles le site perçoit 50% des revenus NDLR) et de ceux issus de la vente de nos accessoires et ustensiles de cuisine pour les enfants».

Petit poucet face à des géants

Avec cette initiative au rayon surgelé, le groupe se frotte aux géants du secteur comme Unilever (Magnum, Ben&Jerry’s, Carte d’Or….), Häagen-​Dazs ou Froneri (Extrême, La Laitière…). Surtout, il découvre un nouveau métier. Mais le groupe compte bien se faire une petite place dans les rayons sur un marché de 1,3 milliard d’euros en grandes surfaces. «Sur les réseaux sociaux, ces leaders du marché sont des géants aux pieds d’argile. SI nous n’investissons pas des millions d’euros en communication, nos glaces vont figurer dans des vidéos vues de dizaines de millions de fois», appuie Thomas Lang.

La start-up, qui a levé 14 millions d’euros l’an dernier pour financer notamment ce nouvel axe de développement, compte aussi poursuivre l’essor de ses activités auprès des enfants. Cette division de vente de coffrets, d’ustensiles et de livres de cuisine pèse actuellement la moitié de son activité. Et est donc devenue stratégique, notamment depuis le confinement avec le grand retour dans les familles de la cuisine et du fait-maison. Cette année, le chiffre d’affaires de Chef Club devrait doubler, à 15 millions d’euros. Et le groupe assure «être sur la voie de la rentabilité».



Source link

Autres articles

À Paris les éboueurs suspendent leur grève, mais pourraient la reprendre

administrateur

Plus de 400.000 créations d’emplois au troisième trimestre

administrateur

Les palais de Cardin trouveront-ils de nouveaux propriétaires?

administrateur

Des envois de culottes à Matignon en signe d’alerte

administrateur

une centaine de rues pourraient être piétonnisées cet été

administrateur

ce qui est permis ou non à partir de mardi

administrateur