Image default
Economie

Le Sénat va auditionner Roch-Olivier Maistre et Delphine Ernotte


Après le ministre de la culture Franck Riester la semaine dernière, le Sénat s’apprête à auditionner le président du conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et la présidente de France Télévisions la semaine prochaine.

Roch-Olivier Maistre doit participer à une visioconférence mardi 28 avril à 15 heures. Delphine Ernotte se pliera au même exercice deux jours plus tard, le jeudi 30 avril à 15 heures. Six sénateurs, émanant de la commission Culture, mèneront ces auditions à distance : Catherine Morin-Dessailly (LR), Jean-Pierre Leleux (LR), Hervé Gattolin (LREM), David Assouline (PS), Claude Malhuret (Indépendants) et enfin Jean-Raymond Hugonet (LR).

«Inventorier les secteurs qui ont le plus souffert de la crise»

Contacté, Jean-Pierre Leleux confirme la tenue de ces deux échanges, organisés à huis clos, et qui seront l’occasion de revenir sur plusieurs dossiers brûlants dans le secteur des médias. «Il ne s’agit pas de travailler sur l’examen du projet de loi qui s’éloigne de jour en jour mais d’inventorier les secteurs qui ont le plus souffert de la crise sanitaire sur le plan aussi bien économique et budgétaire que social», indique le sénateur.

Le président du Sénat, Gérard Larcher, a en effet demandé à toutes les commissions de mesurer l’impact, sur les différents secteurs d’activité, de la pandémie de coronavirus. «L’objectif est de proposer des pistes de sortie de crise d’ici la fin du mois de mai», assure Jean-Pierre Leleux. L’audition de Franck Riester devait éclairer sur les orientations du gouvernement. Mais, «le ministre ne semble pas disposer de beaucoup de marge de manœuvre car nous restons dans le flou sur la plupart des sujets», déplore le sénateur.

La question du maintien de France 4 devrait être abordée

Parmi les mesures qui pourraient permettre au secteur de retrouver une vitesse de croisière plus rapidement, celle du crédit d’impôt sur les dépenses publicitaires qui aiderait l’audiovisuel et la presse. «Bien sûr, le budget de l’État est ponctionné de tous les côtés. Mais ce serait une bonne disposition pour aider au redémarrage de l’économie», considère le sénateur. Une mesure en forme de coup de pouce qui pourrait être transitoire.

La question du maintien de France 4, devrait également s’inviter dans la conversation. «Franck Riester a ouvert une porte. Mais il ne s’est pas vraiment engagé. Nous militons que France 4 soit maintenue au moins jusqu’en 2022, le temps que l’ensemble de la population puisse avoir accès au très haut débit», insiste Jean-Pierre Leleux.

D’ici les prochaines semaines, le Sénat devrait programmer des auditions de Radio France ainsi que des dirigeants de l’audiovisuel privé afin d’avoir un panel plus complet. Une fois formulées, les propositions de nature budgétaires pourraient intégrer les projets de loi de finances rectificative.



Source link

Autres articles

Apple retarde la sortie de l’iPhone 12

administrateur

La Cour des comptes pointe la forte hausse du déficit de l’État… avant la crise du Covid-19

administrateur

les autorités redoutent des «émeutes de la faim»

administrateur

faut-il craindre une dégringolade de la construction?

administrateur

Renault prévoit de supprimer environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France

administrateur

Journée cruciale pour l’application StopCovid

administrateur