Image default
Economie

le Superéthanol plébiscité par les Français malgré la crise


La consommation de ce carburant, vendu moins cher que ses concurrents, a progressé de 4% l’an dernier en dépit des confinements.

Tout roule pour le Superéthanol E-85. L’agrocarburant, qui contient 60 à 85% de bioéthanol issu de la fermentation de betteraves ou de céréales, a vu sa consommation croître en France en 2020, en dépit de la baisse de la circulation automobile liée aux confinements. Cette essence, la moins chère de tous les carburants, a vu ses volumes consommés croître de 4%, à plus de 350 millions de litres, quand les autres carburants routiers chutaient de 15%, selon la Collective du bioéthanol (Association de la betterave et du sucre et Syndicat des producteurs d’alcool agricole).

Le prix du E85 continue de séduire les automobilistes. Moins taxé car moins émetteur de CO2 que les carburants fossiles, ce dernier vaut 0,66 centime le litre à la pompe en moyenne. Deux fois moins cher que le SP95-E10, «il permet d’économiser plus de 500 euros par an pour 13.000 km parcourus, par rapport aux autres essences», assure la Collective. L’écart se creuse avec les autres carburants classiques dont les prix ont repris le chemin de la hausse en fin d’année dernière.

Une offre élargie

Le Superéthanol E-85 forme cependant encore une part très minime des essences, elles-mêmes minoritaires face au gazole qui représente encore les trois quarts du total de la consommation des Français. Cette essence n’est utilisable que par les véhicules dits «Flex-Fuel», ou par les voitures essence équipées d’un dispositif de conversion homologué. Autre frein: le nombre encore restreint de stations-service qui en distribuent.

Sur ce dernier point, les choses évoluent vite, assure la Collective. Par rapport à fin 2019, 32% de stations supplémentaires distribuent du Superéthanol-E85, soit 565 stations en plus sur un an. Début janvier 2021, 2305 stations-service en proposaient, soit 1 station sur 4. «Les régions Occitanie (26%), Hauts-de-France (22%) et Provence-Alpes Côtes d’Azur (21%) comptent le plus fort taux d’équipement en stations E85. Deux distributeurs, Total et Intermarché, représentent 50% des stations E85», précise les professionnels de la filière.

Demande d’homologation

Côté boîtiers, la donne change également. Plus de 15.000 boîtiers de conversion E85 homologués ont été installés en France en 2020. Plus de la moitié d’entre eux sont des boîtiers installés par Flexfuel Energy Development. «En période de crise sanitaire, les Français privilégient la voiture pour se déplacer car elle est l’un des seuls moyens de mobilité confinée. Les automobilistes cherchent aussi une mobilité plus respectueuse de l’environnement qui préserve leur pouvoir d’achat. Les boîtiers FlexFuel répondent à ces attentes», déclare dans un communiqué Sébastien Le Pollès, président de l’entreprise.

La filière demande justement aux pouvoirs publics d’élargir l’accès aux boîtiers de conversion aux véhicules de 15 CV et plus et à ceux équipés de filtres à particules. Selon elle, cette demande est «en passe d’être acceptée» et rendrait éligibles environ neuf véhicules du parc essence sur 10. L’offre de véhicules Flex-E85 d’origine s’est par ailleurs élargie. Après le SUV Kuga FlexiFuel E85 en 2019, le constructeur Ford annonce une gamme de 6 nouveaux modèles. Jaguar-Land Rover a également investi dans le Superéthanol-E85 au deuxième semestre 2020, avec le Discovery Sport Flex Fuel Hybride, le Range Rover Evoque Flex Fuel Hybride, et le Jaguar E-PACE hybride Flex Fuel.



Source link

Autres articles

Le coût exorbitant des 15 plus grosses catastrophes climatiques de l’année 2020

administrateur

ouverture du sommet en ligne sur l’adaptation au climat

administrateur

Les restaurateurs contestent leur fermeture devant le conseil d’État

administrateur

Bientôt la fin des catalogues papiers et des prospectus ?

administrateur

Warren Buffett a vendu la totalité de ses actions dans les compagnies aériennes américaines

administrateur

Pour la CGT, «les trois quarts» des restructurations n’ont pas de rapport avec le Covid-19

administrateur