Image default
Economie

Le tabac mentholé interdit à la vente en Europe à partir de mercredi


Les fumeurs devront désormais se contenter de chewing-gum pour tenter de masquer leur haleine. À partir de ce mercredi, les cigarettes et le tabac à rouler mentholés sont interdits dans toute l’Europe.

Une décision qui découle de la directive européenne sur le tabac datant de 2014, actant l’interdiction de ceux «contenant un arôme caractérisant particulier». Cigarettes au chocolat, à la vanille et aux parfums fruités, très appréciés par la jeune génération, ont donc disparu des présentoirs des buralistes depuis cette date, mais pas celles au Menthol. Bien que concernées par l’interdiction, elles ont obtenu un sursis jusqu’au 20 mai.

Des agents mortels

Pourtant, ces cigarettes qui laissent en bouche un goût frais de chlorophylle bien différent du tabac classique, n’en sont pas moins dangereuses. Elles pourraient même se révéler plus nocives, explique le docteur Michel Jean, cardiologue à l’hôpital Rangueil à Toulouse et président de l’association Capitole Stop Tabac. En particulier à cause de ce goût qui masque celui beaucoup moins agréable d’une cigarette classique, provoqué par tous les produits nocifs que celle-ci contient. Le fumeur «tire donc deux à trois fois plus. De ce fait, ils absorbent beaucoup plus de nicotine, qui n’est pas dangereuse pour la santé mais qui rend dépendant, et cela entraîne un dégagement deux à trois fois plus important de monoxyde de carbone, le gaz tueur», précise-t-il. Sans compter que la cigarette mentholée contient plus de goudrons, autre agent mortel.

Hervé Martini, médecin addictologue et secrétaire général de l’Anpaa (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie) se réjouit de cette interdiction attendue depuis plusieurs années. C’est au moment de leur combat contre les cigarettes parfumées, que les associations de lutte contre le tabagisme sont entrées en guerre contre le tabac mentholé «créé pour être un pur produit commercial afin de séduire un public différent», raconte Hervé Martini. Dans les années 70-80, les vendeurs de tabac voulaient conquérir une nouvelle clientèle, à l’époque plutôt masculine et âgée. Avec ce nouveau produit, ils ont pu s’adresser aux femmes et à un public plus jeune, en renvoyant une image de fraîcheur, avec un packaging attirant ayant pour but «d’édulcorer la nocivité».

«Diminuer la pression publicitaire»

«Notre objectif est de diminuer cette pression publicitaire. On a réussi à interdire les cigarettes aux goûts sucrés, ce qui était plus facile car elles s’adressaient à un public jeune donc cela choquait plus. Alors que dans le cas des mentholées, le lobby du tabac a fait pression en assurant qu’elles s’adressaient à un public plus âgé», explique Hervé Martini.

Pourtant, les associations ont finalement eu gain de cause et dès demain ces cigarettes ne seront plus en vente dans toute l’Europe. Un point positif pour l’Anpaa qui appelle à une «politique cohérente à l’échelle européenne» notamment en matière de hausse des prix du tabac. En mars dernier, le prix du paquet de cigarettes a une nouvelle fois augmenté, passant à 11 euros pour certaines marques.



Source link

Autres articles

pour les bars, c’est «toujours mieux que rien»

administrateur

Les abattoirs sont-ils des foyers de contamination du coronavirus ?

administrateur

Canal+ et beIN Sports trouvent un accord avec la LFP sur le championnat de L1

administrateur

SpaceX va envoyer des astronautes dans l’espace dans une mission inédite

administrateur

Amazon prolonge la suspension de ses activités en France jusqu’au 5 mai

administrateur

dans les zones vertes, les restaurants vont reprendre du service

administrateur