Image default
Economie

«Le télétravail n’est pas facultatif»


«Casser la dynamique de l’épidémie» et pour cela limiter les «interactions» au travail ou dans les commerces. La ministre du Travail, Élisabeth Borne, était l’invitée du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», ce dimanche 1er novembre pour détailler les règles qui s’appliquent désormais dans les entreprises et les lieux recevant du public.

«Les règles ne sont pas les mêmes qu’au printemps», a souligné la ministre. Le télétravail «n’est pas facultatif», a martelé la ministre. «Si 100 % de vos tâches peuvent être faites à distance, vous devez être
5 jours sur 5 en télétravail.»
Cette fois-ci, tous les secteurs ne seront pas concernés par cette nouvelle donne. «On souhaite que l’économie continue à tourner», a-t-elle insisté. Les usines, les exploitations agricoles, le BTP et les chantiers continueront de fonctionner car ils ne peuvent pas être «télétravaillés». Les écoles demeurent ouvertes. Concernant la fonction publique, «les guichets doivent rester ouverts», a précisé la ministre. Les tâches pouvant être réalisées à distance devront l’être. Élisabeth Borne estime que «35 à 40 % des postes» peuvent être «télétravaillés» «en totalité».

Si des salariés ont l’impression qu’ils devraient être en télétravail et qu’ils ne le sont pas (…) ils peuvent saisir l’Inspection du travail

Élisabeth Borne

La ministre s’est dite confiante dans l’application de ces mesures. Le protocole mis en place depuis des mois a obligé toutes les entreprises à transformer leur organisation. «Les chefs d’entreprise savent que quand on donne des règles, c’est de leur responsabilité». Ces derniers mois, près de 55.000 interventions ont eu lieu dans les entreprises pour vérifier l’application du protocole sanitaire, pour seulement 300 mises en demeure. Les employeurs qui ne joueraient pas le jeu s’exposent à des sanctions. «Si des salariés ont l’impression qu’ils devraient être en télétravail et qu’ils ne le sont pas (…) ils peuvent saisir l’Inspection du travail», a rappelé la ministre.

Chômage partiel

Élisabeth Borne a aussi souligné la mise en place d’outils «très puissants» pour aider les entreprises à traverser la crise. Un peu plus d’un million de Français bénéficiaient au mois de septembre du dispositif de chômage partiel. Ce chiffre va «évidemment remonter» a alerté Élisabeth Borne. Les dépôts de dossiers de demande d’activité partielle ont connu une subite accélération, après l’annonce du reconfinement avec près de 22.000 demandes pour la seule journée de jeudi, contre 5000 la semaine passée. Au plus fort du confinement au printemps, 9 millions de personnes étaient couvertes par ce dispositif.

La ministre a par ailleurs précisé que le gouvernement serait «extrêmement vigilant» vis-à-vis des entreprises qui sollicitent l’aide de l’État afin d’éviter les effets d’aubaine.

Contrairement au printemps dernier, les chômeurs en fin de droits au mois d’octobre ne verront pas leurs indemnisations automatiquement prolongées. «On n’est pas dans la situation du printemps où l’activité économique était figée», a redit Élisabeth Borne, indiquant que «des secteurs recrutent», citant «les métiers du soin, le BTP, l’industrie». La ministre s’est aussi prononcée sur les maires qui signent des arrêtés pour laisser les commerces ouverts. «Ces arrêtés sont illégaux et poussent les commerçants à se mettre en infraction», a souligné Élisabeth Borne, rappelant que le Fonds de solidarité pourra désormais aller jusqu’à 10.000 euros pour les entreprises les plus impactées par la crise.



Source link

Autres articles

La perspective d’une réouverture des petits commerces en fin de semaine semble s’éloigner

administrateur

L’OCDE relève fortement sa prévision de croissance mondiale à 5,6% en 2021

administrateur

la France est loin derrière les États-Unis et la Chine

administrateur

les citoyens veulent «plus de verdure», de piétons et de commerces de proximité

administrateur

de nouvelles aides pour les entreprises

administrateur

quand les agences se spécialisent dans la production audiovisuelle

administrateur