Image default
Finance

Les arnaques sur les formations de trading se multiplient dans la crise



La crise du coronavirus a incité de nombreux particuliers à tenter leur chance sur les marchés financiers – la Bourse, mais aussi les devises , ou les cryptomonnaies. Des sociétés proposent à ces novices des formations clé en mains pour devenir trader, avec la promesse de s’enrichir très rapidement et facilement.

Pour quelques centaines d’euros, des « packs traders » incluent des cours rudimentaires sur l’analyse technique , et l’art de décoder les marchés. Des abonnements mensuels permettent aux apprentis spéculateurs de recevoir les conseils, les signaux d’achat et de vente, de traders censés être expérimentés. Ils leur disent quand acheter ou vendre une action, devise ou cryptomonnaie comme le bitcoin .

Ponzi de la formation

L’Autorité des marchés financiers (AMF) vient d’alerter sur la recrudescence de ces structures pyramidales proposant des formations au trading. Au cours des trois derniers mois, elle a reçu près d’une centaine de signalements. Ces sociétés comptent sur le parrainage pour accroître leur clientèle. Des particuliers, notamment des étudiants, qui ont souscrit à ces offres, sont chargés, moyennant rétribution de convaincre d’autres personnes (amis, connaissances ou inconnus contactés sur les réseaux sociaux) de suivre leur exemple. Un système qui évoque les pyramides de Ponzi , où seul un petit nombre (les dirigeants des sociétés de formation tout en haut de la pyramide) gagne vraiment de l’argent.

« C’était un rêve »

Délaissant leurs études, des étudiants vantent les mérites de sociétés comme Melius sur Facebook, Instagram, Twitter… « Les sergents recruteurs » du trading reprennent les codes de la réussite (voitures de sports…) sur les réseaux sociaux au risque de sombrer dans la caricature.

Spéculation sans limite

Pour gagner encore plus d’argent, des sociétés de formation nouent des partenariats avec des courtiers en ligne. Elles y dirigent leurs traders novices moyennant une commission. Il s’agit souvent de courtiers basés à Chypre où la spéculation sur les produits risqués comme les « CFD » est sans limite. « L’effet de levier » peut atteindre des sommets : pour 1.000 euros en dépôt, le particulier peut spéculer sur un montant de 2 millions de dollars, entraînant des risques de pertes considérables. Meir Barak, l’autoproclamé gourou des marchés, détient à la fois une société de formation (Tradenet) et un site de trading (ColmexPro). Aux 66.000 abonnés de sa chaîne Youtube, il propose des sessions de trading en direct, où il perd très rarement de l’argent.



Source link

Autres articles

Blockchain : Taurus convainc des banques privées d’entrer à son capital

administrateur

Frais bancaires : Bercy tente de reprendre la main

administrateur

Au Royaume Uni, l’idée d’une «bad bank» émerge, face aux risques de défaut des PME

administrateur

Assurance-auto : les assureurs répondent à l’UFC-Que Choisir

administrateur

Banques: l’exposition au risque de marché au plus haut au premier trimestre

administrateur

La ruée des grandes entreprises sur le marché obligataire

administrateur