Image default
Finance

Les Bourses repartent à la baisse



Publié le 8 sept. 2020 à 17:37

Au sortir d’un long weekend de trois jours, Wall Street a ouvert en baisse mardi, de nouveau lesté par le vif repli des actions technologiques amorcées la semaine passée. Les valorisations exubérantes de la tech commencent en effet à préoccuper les investisseurs . En tout début d’après-midi, le Nasdaq se repliait de 3,6%; le Dow Jones cédait 1,23%.

Entraînée dans le sillage des Bourse américaines, Paris a également effacé son rebond de la séance de lundi, plombé par les nouvelles tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et celles liées au Brexit.

Tesla dégringolait

Parmi les valeurs baissant le plus, Tesla dégringolait de 15% à l’ouverture de la Bourse , alors que le titre du constructeur de véhicules électriques a manqué vendredi d’être intégré au prestigieux indice S&P 500. Les piliers de la Silicon Valley, Apple, Amazon, Facebook, Alphabet et Netflix abandonnaient pour leur part de 3% à 6% dans les premiers échanges. Contre la tendance, le fabricant de camions à hydrogène Nikola bondissait de 27,76% après l’annonce par General Motors d’une prise de participation de 11%, d’une valeur d’environ 2 milliards de dollars.

Peu avant 16 heures, le CAC 40, dans le sillage de Wall Street, reculait de 2,10% à 4.947,59 points dans un volume d’affaires de 1,4 milliard d’euros. Dès le début de la matinée, l’indice, qui avait rebondi de 1,79% la veille, avait ouvert dans l’incertitude. A la Bourse de Paris, STMicroelectronics, Atos, Capgemini et Worldline perdaient entre 4% et 5% alors que le Stoxx 600 de la technologie accusait la plus forte baisse sectorielle en Europe (-3,4%).

EDF, en fort repli

EDF était en repli de près de 8% alors que l e géant de l’électricité a levé 2,4 milliards d’euros d’obligations convertibles vertes . une opération d’une taille importante. 

Ailleurs, en Europe, sauf en Espagne, la tendance était également à la baisse. Le DAX 30 reculait de plus de 1% vers 16 heures; le Footsie 100 à Londres de plus de 0,7%.

L’incertitude persistante autour du Brexit pesait par ailleurs sur les marchés, avec le regain de tension entre Londres et Bruxelles sur les relations post-Brexit et à l’aube d’une nouvelle session de négociations à Londres.

Perspectives économiques de mauvaise augure

En France, les perspectives économiques ne sont pas de bon augure. Le produit intérieur brut (PIB) français devrait se contracter de 9% cette année, estime l’Insee dans son point de conjoncture publié ce mardi, confirmant sa dernière estimation en date.

Autre indicateur en forte baisse, le baril de brut WTI dévissait aussi de 9% sur le Nymex à 36,3 dollars, au plus bas de trois mois, alors que le Brent abandonnait 6,2% à 39,4 dollars.

La chute du Nasdaq profite à deux ETF

De nombreux investisseurs ont décidé de profiter de la chute drastique enregistrée par les valeurs de la Tech la semaine dernière pour investir massivement dans des fonds indiciels adossés au Nasdaq. L’ETF Invesco QQQ Trust a vu ses encours gonfler de près de 1,7 milliards de dollars rien que sur les deux derniers jours de la semaine dernière, tandis que l’ETF ProShares UltraPro QQQ, qui promet de multiplier par trois les performances du Nasdaq, a vu affluer 600 millions de dollars rien que sur la journée de jeudi. Ces investisseurs espéraient voir l’indice phare de la Tech repartir à la hausse cette semaine après la forte correction enregistrée (jusqu’à 10% de baisse la semaine dernière). La nouvelle chute de l’indice ce mardi risque donc de leur coûter gros. G.N.



Source link

Autres articles

Les marchés grimpent à nouveau, portés par de nouvelles annonces de la Fed

administrateur

Aux Etats-Unis, les faillites se multiplient mais les bonus demeurent

administrateur

Le dollar au plus bas depuis près de deux ans

administrateur

Les fonds de dette révèlent leurs limites face au choc de trésorerie du Covid-19

administrateur

Livret A: la collecte de juillet s’approche de son record sur le mois

administrateur

Levée de dette : semestre record pour l’Etat français

administrateur